970x250

La juriste Leila Bazzi résolue à valoriser les actions de la femme au Maroc

La juriste Leila Bazzi résolue à valoriser les actions de la femme au Maroc

La créatrice du podcast Les Inspiratrices est avocate de formation. Militante dans l’âme, elle nous révèle ses motivations, ses orientations, ses nouveautés. La nouvelle saison estivale, diffusée tous les mardis, visera à préparer les femmes à leur rentrée professionnelle. Retour sur un concept bien inspirant.

Quelles ont été vos motivations à créer Les Inspiratrices?

Leila Bazzi : Engagée depuis plusieurs années dans la promotion du leadership, de la diversité, de l’inclusion et de l’empouvoirement des femmes, au Maroc et en Europe, le podcast Les Inspiratrices vient renforcer mon engagement pour les aider à faire rayonner leur potentiel dans le respect de leurs valeurs et de leur authenticité. Animée à faire bouger les lignes et à impacter, cette initiative est née pendant le confinement et a été officiellement lancée en février 2021.C’était le moyen pour moi de poursuivre mon engagement et de toucher un maximum de personnes et ce au-delà des frontières. A travers mon podcast, je souhaite notamment offrir aux femmes la possibilité d’étendre leur bulle d’inspiration grâce aux interviews de femmes inspirantes de différents horizons qui partagent leurs parcours et les clés de leur réussite pour encourager d’autres femmes à se frayer leur chemin vers leur réussite. Ce podcast sera aussi l’occasion de prodiguer des conseils en développement personnel/développement de carrière aux femmes, qui les aideront à faire tomber leurs croyances limitantes et ainsi percer les plafonds de verre et révéler leur plein potentiel.

Pourriez-vous nous définir le concept ?

Le podcast Les Inspiratrices est un contenu audiolancé en février 2021 qui contient deux saisons regroupant 20 épisodes, dans lesquelles j’y interviewe des femmes aux parcours inspirants, notamment Najat Vallaud Belkacem, Nouzha Skalli, Aziza Nait Sibaha qui partagent notamment leurs parcours, leurs challenges, les clés qui leur ont permis de se frayer leur chemin vers leur réussite et parfois dans des environnements dominés majoritairement par les hommes, comme le monde de la politique.
Dans le podcast, vous pourrez retrouver aussi des épisodes que j’anime en solo sur des thématiques relatives au développement personnel et professionnel pour encourager les femmes à prendre conscience de leurs propres croyances limitantes qui constituent en réalité le premier plafond de verre à briser, afin d’avancer plus sereinement dans leur vie professionnelle.
Une nouvelle saison vient d’être lancée, la trêve estivale Les Inspiratrices, pour aider les femmes à préparer leur rentrée professionnelle, en toute décontraction et de manière ludique. Cette saison sera diffusée tous les mardis, pendant l’été.

Vous avez un regard nouveau car vous avez vécu dans une autre société pendant très longtemps. Quelle est votre évaluation quant à l’évolution de la femme au Maroc ?

Installée au Maroc depuis 2006, je suis initialement venue dans un contexte professionnel pour une durée limitée. Et puis finalement, j’ai fait le choix de rester au Maroc pour différentes raisons. Quand je suis arrivée au début, je n’avais pas le temps d’évaluer/analyser la situation des femmes au Maroc. Quand j’ai pris la décision de m’y installer, je me suis retrouvée face à une réalité relative notamment aux statuts personnels d’épouse et de mère que j’ignorais quand j’ai voulu entreprendre certaines démarches administratives. N’ayant juridiquement pas la qualité de tutrice légale (cette qualité étant réservée exclusivement aux pères, sauf circonstances exceptionnelles), je n’étais pas en mesure d’ouvrir un compte bancaire pour mes enfants, ou encore de pouvoir les faire profiter de mes avantages sociaux résultant de ma couverture maladie (sauf circonstances exceptionnelles), etc.
Bref, plusieurs situations ont été des électrochocs pour moi et ont réveillé mon engagement militant au profit d’un monde plus égalitaire et pour aussi œuvrer au profit des générations futures, dont mes filles. Je constate toutefois une volonté de faire changer les choses, mais c’est un vaste chantier qui prendra des années pour corriger les inégalités entre les hommes et les femmes tant dans la sphère privée que professionnelle au Maroc.

Il s’agit d’une responsabilité individuelle et collective pour faire bouger les lignes.

Vous mettez en lumière des parcours de femmes inspirantes. Comment comptez-vous utiliser justement ce vivier pour donner envie à d’autres de se lancer dans la même voie ?
Plus nous montrerons des femmes qui ont réussi et ce quelle que soit la catégorie socioprofessionnelle dans laquelle elles évoluent, plus elles seront visibles pour d’autres femmes et pourront ainsi devenir des rôles modèles pour d’autres. Les femmes doivent être plus visibles. Avoir des femmes à la tête de grandes institutions doit devenir normal. Il n’y pas un modèle unique de réussite. Il appartient à chacune de se créer son propre modèle dans le respect de ses valeurs et de son authenticité et de façonner son propre moule et ne pas rester dans celui que les autres ont façonné pour elles-mêmes.

Avez-vous une vision à long terme des Inspiratrices? Pourrait-il devenir un mouvement fédérateur d’idées nouvelles et de propositions, tout ceci au bénéfice de l’épanouissement de la femme?

Oui en effet, il s’agit du premier podcast au Maroc et en Afrique à traiter du développement personnel et professionnel des femmes. Les sujets qui sont traités dans le podcast portent sur des problématiques universelles que les femmes rencontrent au quotidien. J’ai pour ambition d’en faire une véritable plateforme d’échanges pour les femmes de la francophonie et de pouvoir toucher le plus de femmes pour les outiller et les aider à prendre leur place, pour parvenir à un monde plus égalitaire.

Quels sont les moyens mis en œuvre pour atteindre les objectifs que vous vous êtes assignés dans cette aventure ?

Les moyens mis en œuvre actuellement sont personnels. La conception des épisodes prend beaucoup de temps ainsi que les opérations de communication. C’est une initiative personnelle dans laquelle j’ai mis beaucoup d’énergie et de passion. Je suis heureuse de voir que le podcast Les Inspiratrices a été chaleureusement accueilli. Il y a un vrai intérêt et besoin. Je reçois tous les jours de messages de personnes qui me remercient pour cette initiative et me demandent conseil. Je suis ravie de voir que l’ensemble des interviews et mes conseils en développement personnel et développement professionnel ont déjà pu aider de nombreuses femmes établies professionnellement mais aussi des jeunes femmes qui débutent leur carrière professionnelle. De plus en plus d’intérêt de la part d’entreprises engagées en matière de RSE pour soutenir le podcast et contribuer à sa visibilité. Des discussions sont aussi en cours pour des partenariats.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.