La prise en charge globale des patients (PECG)

La prise en charge globale des patients (PECG)

Ces derniers temps, cette expression devient très courante entre les professionnels de santé, notamment en milieu hospitalier.

Par Jamal Belhabes (*)
Par Jamal Belhabes (*)

Avant d’entrer dans les détails de cette expression, plusieurs questions se posent : en quoi consiste le concept de la santé ? Qu’est-ce que la PECG des patients ? Est-ce que la PECG résume la qualité des soins ? Est-ce que la PECG est un ensemble de notions ou de valeurs ?
Selon l’OMS, «la santé est l’état de complet bien-être physique, mental et social et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité (OMS,3/3/2020)».
Une des priorités de l’OMS est «la santé pour tous à l’horizon de l’an 2000».

La PECG des patients est une action collective à laquelle contribue un ensemble d’intervenants multidisciplinaires à la réalisation d’un objectif commun à travers un processus de communication, de décisions, d’intervention et d’évaluation.
La PECG est la convergence des résultats escomptés garantissant la sécurité et le bien-être des patients en milieu hospitalier selon les 14 besoins de Virgina Handerson.
Pour assurer une bonne PECG, tous les acteurs doivent y participer positivement afin de percevoir le résultat global.

A. Le patient
Sa contribution dans sa PECG est cruciale, grâce à elle les plans de soins sont réalisés en bonne et due forme par :
-la sincérité de ses réponses aux interrogatoires ;
-la soumission, plutôt le respect du règlement intérieur de l’établissement avant, durant et après son séjour ;
-le respect des recommandations relatives à son diagnostic, son état de santé, l’hygiène de vie et comportement pouvant impacter cette PECG.

B. L’équipe
Le patient est positionné au cœur du projet d’établissement et qu’une PECG du patient dans tous ses aspects (biologique, psychique et sociale) est à rechercher de manière prioritaire afin de répondre à la définition de la santé selon l’OMS ci-dessus.
Le professionnel de santé en milieu hospitalier ne doit pas se concentrer sur la pathologie dont souffre le patient mais doit élargir son intervention depuis son accueil par un recueil de données complet qui lui servira comme recours.
La communication active (l’écoute patient) le met en confiance et permet aux intervenants d’agir facilement et efficacement.
La communication interpersonnelle assure une continuité de ladite PECG.
La recherche & développement reste toujours le moyen le plus évident pour une mise à jour des données scientifiques.
L’évaluation des pratiques professionnelles demeure le processus incontournable d’amélioration continue de la PECG.

C. L’établissement
Inspiré du contexte général (politique de santé, économique et socioculturelle), le projet d’établissement hospitalier est l’outil pertinent pour la réalisation d’une PECG adéquate répondant aux exigences des patients et de toute la population servie par l’hôpital, ce projet prend donc en considération :
-le besoin en santé de la population ;
-la culture de la population ;
-le niveau socioprofessionnel et économique de la population.
Et en fonction, doit mettre en place toutes les structures réglementaires, pour subvenir aux besoins de ladite population. La mise en place des règles, recommandations et réglementations des établissements de santé et leur dynamisation par des processus d’évaluation et d’amélioration continue impactent positivement la bonne PECG des patients. L’acquisition des dispositifs médicaux nécessaires lourds et consommables encourage les professionnels à prendre correctement en charge leurs patients. La concentration sur le cœur du métier des établissements hospitaliers exige la mise en place des prestations nécessaires de soutien (restauration, bio-nettoyage, linge, sécurité…), l’approche méthodologique par processus fait appel aux structures dédiées à la garantie de la sécurité et qualité des soins prodigués (comité de lutte contre les infections associées aux soins, cellule qualité, référents des vigilances gestionnaires des risques…).
La mise en place des instances à l’instar de la Haute Autorité de Santé (française) va contribuer inlassablement à l’amélioration du secteur et la dynamisation de la politique nationale de santé
Le secteur hospitalier au Maroc a un long parcours à faire pour arriver à ce type de qualité de PECG des patients, ceci est dû à plusieurs facteurs :
-La réglementation modeste et son application qui nécessite des efforts de la part des autorités sanitaires, de la part des associations des droits des patients et des professionnels de santé ;
-L’image fanée du secteur de la santé doit être améliorée par la mise en place de plusieurs actions ayant pour but de redonner confiance au citoyen.
Pour rester objectif, le secteur national de santé a fait preuve d’efficacité dans le domaine de prévention par la maîtrise de plusieurs actions à titre de rappel : journées de vaccination qui ont été recopiées en journées maghrébines vue l’atteinte de leurs objectifs, les programmes nationaux de lutte contre les maladies contagieuses ainsi que les stratégies de riposte contre les épidémies et la pandémie de Covid-19.
Mais reste beaucoup à faire pour une bonne PECG des patients au niveau des établissements hospitaliers.
Le post-Covid est une opportunité de réforme du secteur hospitalier, les intervenants dans le système national de santé sont appelés à déployer plus d’effort afin de rendre aux citoyens leurs droits constitutionnels de santé.

(*) Consultant formateur en management hospitalier, qualité et gestion des risques
Directeur général cabinet
BELC Afri Consulting.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *