Laâyoune accueille un atelier pour la valorisation des plantes aromatiques et médicinales

Laâyoune accueille un atelier pour la valorisation des plantes aromatiques et médicinales

La ville de Laâyoune a abrité récemment la première édition du workshop «Valorisation et promotion des plantes aromatiques et médicinales de la région de Laâyoune-Sakia El Hamra» organisée par l’institut africain de recherche en agriculture durable (ASARI) de l’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) en partenariat avec la Fondation Phosboucraâ.

Ce workshop a été organisé dans le cadre du projet «Valorisation des espèces indigènes de la région de Laâyoune-Sakia El Hamra par la production de molécules à haute valeur ajoutée à des fins cosmétiques et de bien-être», et a pour objectif de mettre l’accent sur la richesse de la région de Laâyoune-Sakia El Hamra en produits du terroir, en particulier en plantes aromatiques et médicinales. Durant des années, l’exploitation de cette richesse conférée par l’écosystème saharien s’est souvent faite de façon non optimale.

Le workshop destiné principalement aux acteurs clés de la chaîne de valeur, notamment les coopératives de la région de Laâyoune-Sakia El Hamra, a permis le transfert de savoir-faire entre les scientifiques et les acteurs du secteur. Les mêmes coopératives bénéficient, par ailleurs, d’un programme de renforcement des capacités entrepreneuriales porté par la Fondation Phosboucraâ.

Le premier jour, le workshop a pris la forme de conférences animées par des experts de renom provenant d’établissements publics et privés. Leurs interventions furent axées sur divers sujets, notamment le marché des produits cosmétiques des coopératives dans la région, le potentiel des plantes sahariennes, les techniques d’extraction des substances naturelles à partir des plantes aromatiques et médicinales, le contrôle qualité des produits proposés par les coopératives ainsi que les démarches d’obtention d’agréments et de commercialisation des produits issus des plantes aromatiques et médicinales. Le deuxième jour a été consacré à des ateliers de formation en relation avec les thématiques abordées et lors duquel les représentants des coopératives ont découvert de visu tout le potentiel du secteur d’exploitation des plantes sahariennes. Selon un communiqué des organisateurs, «ce workshop s’inscrit dans la dynamique entamée par l’Institut africain de recherche en agriculture durable et la Fondation Phosboucraâ au sein de la Technopole de Foum El Oued, et ce en vue de la valorisation du patrimoine naturel des provinces du Sud».

Et d’ajouter que «forte de partenariats publics et privés, cette dynamique vise à renforcer les systèmes de production agricole dans un cadre durable qui permet de préserver la riche biodiversité des régions du Sud. Grâce à une approche basée sur le transfert des sciences et technologies, cette dynamique vise aussi à renforcer le capital humain de la région à travers la formation des coopératives, chercheurs et entrepreneurs de la région Laâyoune-Sakia El Hamra».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *