L’agence Bayt Mal Al-Qods Acharif préoccupée par la situation sociale des Maqdissis

L’agence Bayt Mal Al-Qods Acharif préoccupée par la situation sociale  des Maqdissis

L’agence Bayt Mal Al-Qods Acharif a fait part, dans un rapport, de sa préoccupation face à la détérioration des conditions sociales des Maqdissis, une situation aggravée par la pandémie de Covid-19.

La pauvreté et le chômage ont pris de l’ampleur dans la ville sainte cette année, dans un contexte fortement marqué par les répercussions du coronavirus, déplore l’agence dans un «rapport de surveillance, d’observation et de suivi» qu’elle vient de publier.
L’agence relevant du Comité Al Qods que préside SM le Roi Mohammed VI met l’accent dans le cadre de ses compétences sur l’impact des incidents survenus dans la ville sainte durant le mois sacré de Ramadan (7-28 mai).

Elle regrette que les facteurs à l’origine de cette situation restent toujours d’actualité, citant notamment les arrestations dans les rangs des jeunes maqdissis. Ces vagues d’arrestations ont coïncidé avec les nombreuses affaires relatives aux droits de propriété qui ont été portées devant les tribunaux israéliens, souligne l’agence, notant que des dizaines de familles arabes sont menacées d’expulsion de leurs maisons. Celles-ci résident notamment dans les quartiers de Cheikh Jerrah, Batn al-Hawa, Solwane et dans la vieille ville d’Al-Qods.

L’instabilité sécuritaire persistante aura sans doute des répercussions négatives sur les conditions socio-économiques de la population, constate le rapport, appelant à une mobilisation accrue pour soutenir la résistance des Maqdissis.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *