Le chantage sexuel prolifère en 2021 sur le Web

Le chantage sexuel prolifère en 2021  sur le Web

Les détails du rapport de la DGSN qui signe des performances exceptionnelles

L’année en cours a certes enregistré une diminution des indicateurs de criminalité liés à l’extorsion et à la fraude électronique d’environ 5% par rapport à l’année précédente, avec 5.275 cas enregistrés et 3.533 contenus d’extorsion numérique recensés. Mais, le chantage sexuel via Internet a enregistré une augmentation de 12%.

Les maîtres chanteurs ratissent large sur le Web. Si la criminalité électronique a globalement baissé, le chantage sexuel continue de son côté à s’inscrire dans une tendance haussière. C’est ce qui ressort du rapport d’activité de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) pour l’année 2021. Dans le détail, l’année en cours a certes enregistré une diminution des indicateurs de criminalité liés à l’extorsion et à la fraude électronique d’environ 5% par rapport à l’année précédente, avec 5.275 cas enregistrés et 3.533 contenus d’extorsion numérique recensés. Mais, le chantage sexuel via Internet a enregistré une augmentation de 12%. Les services de sécurité ont ainsi traité 498 dossiers, ce qui a permis l’arrestation de 270 personnes impliquées, tandis que le nombre de victimes a atteint 508 personnes, dont 95 citoyens étrangers. Il s’agit des rares formes de criminalité à progresser puisque dans la lutte globale contre les criminels, la DGSN affiche des taux de réussite impressionnants.

Performance exceptionnelle

Les chiffres sont édifiants dans le domaine de la lutte contre la criminalité et du renforcement du sentiment de sécurité. Les responsables expliquent dans ce sens que la DGSN a tenu au cours de l’année 2021 à actualiser et adapter ses plans de travail à l’urgence sanitaire en raison de la pandémie. Il a été question notamment du recours systématique à la police scientifique et technique dans la recherche criminelle sans oublier le renforcement des équipes spécialisées dans la lutte contre la criminalité. Les services de sécurité ont en outre programmé des opérations de sécurité d’envergure dans plusieurs grandes villes, ce qui a contribué à atteindre un taux record de résolution des dossiers. Concrètement, ce taux a dépassé cette année 95% pour la criminalité et 80% pour les crimes associés à la violence.

Statistiques

Plus concrètement encore, l’année en cours a connu le traitement par les services de sécurité de pas moins de 1.153.741 affaires, qui se sont traduites par l’arrestation et la présentation de 1.425.102 personnes devant divers parquets, soit une augmentation du nombre de personnes déférées devant la justice de 43%. L’arrestation de personnes faisant l’objet de mandat a évolué, quant à elle, de 36% en comparaison avec les chiffres de l’année dernière marquée par l’application des mesures sanitaires et le confinement. Quant aux indicateurs relatifs à la criminalité violente, ils n’ont cessé de baisser au cours des six dernières années. Ainsi, ces formes de criminalité ne représentent que 4% avec 45.829 cas de ce type traités et l’arrestation de 31.188 personnes, soit une augmentation du nombre de personnes arrêtées d’environ 15%.

Lutte contre la drogue

Par ailleurs, les services de sécurité ont traité 82.950 affaires liées à la possession et au trafic illicite de stupéfiants et de substances psychotropes, et ont déféré au total 103.589 personnes, dont 261 citoyens étrangers, devant la justice. Quant aux produits saisis, une hausse record de la cocaïne a été enregistrée, avec la saisie d’une tonne et 433 kilogrammes au cours de l’année en cours, contre 132 kilogrammes au cours de l’année précédente. Les autres drogues saisies s’élevaient à 191 tonnes et 158 ​​kilogrammes de chira, soit une baisse de 12% par rapport à l’année précédente, et 3 kilogrammes d’héroïne, en baisse de 64%. De même, les opérations de sécurité conjointes entre les services de police et la Direction générale de la surveillance territoriale ont permis de faire avorter l’entrée sur le territoire de 1.437.362 comprimés psychotropes, dont 53.756 d’ecstasy, avec une augmentation record de plus de 201% par rapport à l’année 2020.

Falsification des PCR et pass

Dans le cadre de la lutte contre toutes sortes de falsification et de manipulation de documents médicaux, les services de sécurité ont traité 203 dossiers au cours de cette année. Ces derniers ont abouti à l’arrestation de 390 personnes, dont 65 étrangères, et à la saisie de 542 tests PCR falsifiés. certificats, et 33 faux pass vaccinaux en plus de la saisie de 49.018 tests rapides pour contrer la Covid-19 issus de la contrebande. Il faut dire que depuis l’instauration du pass vaccinal, les tentatives de falsification ont sensiblement augmenté. Une situation qui a poussé la police à intensifier les contrôles et renforcer le dispositif de lutte. Un véritable marché parallèle a émergé impliquant de nombreuses personnes.

Ressources humaines policières

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) dispose en 2021 d’un effectif total de 78.146 fonctionnaires dont 5.895 femmes avec une moyenne d’âge de 39 ans au niveau national, a-t-elle indiqué dans son bilan 2021.
Ces fonctionnaires de police, en uniforme et en civil, veillent à assurer une mission noble qui consiste à garantir la sécurité du pays, des citoyens et de leurs biens, a fait savoir la DGSN, notant que l’année 2021 a été marquée par le renforcement des services de police par de nouveaux éléments à travers l’organisation de six concours externes pour le recrutement de 8.214 fonctionnaires de police.
Il s’agit de 95 commissaires principaux, de 120 commissaires, de 490 officiers de police, de 70 officiers de paix, de 2.250 inspecteurs de police et 5.189 gardiens de la paix, a précisé la même source.

Terrorisme

Dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale, la Brigade nationale de la police judiciaire nationale a déféré devant le parquet chargé des affaires de terrorisme 38 personnes soupçonnées d’implication dans des affaires de terrorisme et d’extrémisme violent. De même, les services de sécurité nationale ont réussi à démanteler 150 réseaux criminels actifs dans l’organisation de l’immigration clandestine avec l’arrestation de 415 passeurs ou intermédiaires ainsi que 12.231 candidats à l’immigration clandestine. La police a également saisi 742 documents de voyage falsifiés, 67 bateaux pneumatiques et 47 moteurs, en plus de 65 véhicules soupçonnés d’être utilisés pour les opérations d’immigration clandestine.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *