Société

Le décrochage scolaire en baisse de 12%

© D.R

Le taux d’abandon scolaire a diminué de 12% passant de 334.664 au cours de l’année scolaire 2021-2022 à 294.458 au cours de la saison scolaire 2022/2023. Quelque 50.000 élèves en décrochage scolaire ont pu regagner leurs classes, grâce aux efforts déployés par le ministère en début de la rentrée scolaire.

La déperdition scolaire continue d’afficher des statistiques alarmantes au Maroc. Le ministre de l’éducation nationale, du préscolaire et des sports, Chakib Benmoussa a indiqué, lundi à la Chambre des représentants, que les chiffres demeurent encore élevés bien que ce phénomène soit en baisse. Selon les statistiques et indicateurs de l’éducation livrés par le ministère, le taux d’abandon scolaire a diminué de 12% passant de 334.664 au cours de l’année scolaire 2021-2022 à 294.458 au cours de la saison scolaire 2022/2023 dont 45,5% en milieu rural. Les filles représentent 38,64% du total des abandons, soit un effectif estimé à 113.777. Notons que 62% des élèves qui abandonnent l’école sont âgés de plus de 16 ans. Le taux moyen d’abandon a baissé en passant de 5% en 2021-2022 à 4,4% en 2022-2023. Quant au taux moyen de redoublement, celui-ci a également régressé en passant de 12,2% à 10,8%. Le ministre a signalé à la Chambre des représentants que quelque 50.000 élèves en décrochage scolaire ont pu regagner leurs classes, grâce aux efforts déployés par son département et les différents acteurs concernés en début de la rentrée scolaire. M. Benmoussa a expliqué que le ministère a pris une série de mesures visant à lutter contre le décrochage scolaire, notamment la révision du cadre juridique pour établir un numéro d’identification unifié à même de suivre individuellement les élèves, et la généralisation du préscolaire en tant que facteur essentiel pour la réduction du nombre d’abandons scolaires. Figure également l’accompagnement individuel des élèves, en comblant les lacunes et en améliorant le soutien scolaire aux élèves confrontés à des difficultés d’apprentissage, comme c’est notamment le cas dans les écoles pionnières. Il s’agit aussi, selon le ministre, d’améliorer l’attractivité des établissements scolaires, à travers des activités parallèles, la promotion du système d’orientation scolaire et professionnelle, et du rattrapage via les écoles de la deuxième chance, ainsi que le renforcement des prestations de soutien social (allocations familiales sous conditions, transport scolaire et internats). Signalons qu’au Maroc, le taux brut de scolarisation est en nette amélioration. Il est ainsi passé de 49% en 2017-2018 à 82,1% en 2023-2024. Ce taux est de 75,5% en milieu urbain en 2023-2024 contre 92,9% en milieu rural. Quant au taux de scolarisation des enfants âgés de 4-5 ans, les statistiques du ministère font état d’un taux de 78,7% en 2023-2024 contre 76,2% en 2022-2023. L’effectif total des scolarisés dans le public et privé concernant les 3 cycles (primaire, collégial et qualifiant) a atteint 8 003 806 en 2023/2024 contre 7 931.841 en 2022/2023. Dans l’enseignement public , le nombre total des élèves au niveau des 3 cycles s’élève à 7.392.050, soit une hausse de 1,1% par rapport à l’année scolaire 2022/2023. Les filles représentent 48,9% du total des élèves. A noter que la plus forte augmentation a été enregistrée dans le cycle secondaire collégial où le nombre des élèves a atteint 1 .918.691 soit une hausse de 4,25% en comparaison avec l’année scolaire précédente.

Articles similaires

SociétéUne

La plage de Bouznika labellisée pour la 18ème année consécutive

La plage de Bouznika a de nouveau hissé le Pavillon bleu. Cette...

Société

Miraoui et Aït Taleb défendent les mesures du gouvernement en commission parlementaire

Le ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation,...

Société

2ème rencontre nationale pour une solidarité innovante au Maroc

La dynamique des organisations du tiers secteur «Pour une solidarité innovante au...

Société

AMO-Tadamon: 10. 750.271 bénéficiaires au 18 juin 2024

Selon le dernier bilan publié par le ministère de la santé et...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux