Le Maroc prépare sa stratégie de déconfinement avec un élargissement des tests de dépistage

Le Maroc prépare  sa stratégie de  déconfinement avec un élargissement des tests de dépistage

Près de 2.000 cas confirmés de Covid-19

Le ministre de la santé s’est voulu rassurant quant à la situation épidémiologique au Maroc. Ce dernier a affirmé mardi à la Chambre des conseillers que pour le moment, la situation épidémiologique au Maroc est maîtrisée signalant que le pays est toujours au stade 2 de la pandémie du coronavirus.

Le Maroc s’apprête à franchir la barre des 2.000 cas de contaminations. Le ministère de la santé a annoncé ce mercredi 15 avril à 10 h un nouveau bilan avec l’apparition de 100 nouveaux cas de Covid-19, portant à 1.988 le nombre total des cas. Le nombre des cas exclus après des résultats négatifs s’est élevé à 8.404. Le nombre de personnes déclarées guéries s’est établi à 218 avec une nouvelle rémission. Pour sa part, le nombre global des décès s’est chiffré à 127 avec l’enregistrement d’un nouveau cas de décès. A l’heure où nous mettons sous presse, le ministère de la santé n’a pas publié sur son site web officiel covidmaroc.ma la répartition régionale actualisée des cas de contaminations. Lors de son point de presse habituel de 18h, le directeur de l’épidémiologie et de lutte contre les maladies au ministère de la santé, Mohamed El Youbi, avait signalé une hausse croissante du nombre de contaminations locales. Ainsi, 11.934 personnes contacts au total ont été placées sous surveillance médicale pendant une période d’au moins 14 jours depuis le début du virus et 5.130 autres sont toujours sous contrôle. M. El Youbi avait également précisé que l’opération de surveillance médicale entamée ces derniers jours a permis de diagnostiquer et de dépister 865 cas positifs du coronavirus, en raison de l’apparition de foyers d’épidémie dans les milieux familiaux.

Le Maroc a évité 6.000 décès

Le ministre de la santé, Khalid Ait Taleb, s’est voulu rassurant quant à la situation épidémiologique au Maroc. Ce dernier a affirmé mardi à la Chambre des conseillers que pour le moment, la situation épidémiologique au Maroc est maîtrisée signalant que le pays est toujours au stade 2 de la pandémie du coronavirus. Le ministre a aussi annoncé que grâce aux mesures prises pour parer à la pandémie du Covid-19, 6.000 décès ont pu être évités, selon les études. Il faut bien comprendre que pour tenter de prédire la propagation du virus et d’évaluer les effets des interventions entreprises pour limiter sa propagation, les épidémiologistes établissent des modélisations mathématiques. «Nous sommes parvenus à ce chiffre grâce aux modèles mathématiques que nous utilisons. Nous introduisons toutes les données que nous enregistrons et nous établissons une comparaison par rapport à l’impact supposé des mesures qui ont été mises en place et la situation si ces mesures n’avaient pas été entreprises, c’est-à-dire en l’absence des mesures radicales de prévention et d’éloignement social. Cela permet de nous donner l’évolution de la situation sur plusieurs jours et même sur plusieurs semaines selon les deux scenarii.
Grâce à ces modèles mathématiques, nous sommes en mesure de savoir ce que le Maroc a gagné à travers l’adoption de mesures précoces qui ont été prises», indique Dr El Youbi.
Autrement dit, les modèles mathématiques qui ont été mis en place permettent de quantifier l’impact des différentes mesures prises à travers le Royaume. «Le modèle mathématique est basé sur plusieurs paramètres, à savoir le nombre de nouveaux cas de contamination, l’évolution des cas par jour, le nombre de décès, les cas graves et critiques, les dépistages, la moyenne des séjours au niveau des hôpitaux, la durée d’incubation… Pour qu’un modèle donne des projections avec précision, il faut introduire tous ces paramètres et il faut surtout disposer d’un bon système de surveillance», précise t-il.
Sans les mesures de réduction des contacts et les mesures d’isolement, l’épidémie aurait augmenté exponentiellement.

La réalisation des tests de dépistage sera diversifiée et étendue

Interpellé mardi à la Chambre des conseillers sur les procédures et mesures prises pour endiguer la propagation du virus, le ministre de la santé a souligné que la réalisation des tests de dépistage sera diversifiée et étendue dans le cadre d’une stratégie de préparation du déconfinement et de réduction du délai d’attente des résultats des analyses. Le ministre a précisé que l’élargissement du cercle de dépistage contribuera à identifier les personnes ayant acquis l’immunité après avoir guéri du coronavirus et de diagnostiquer les patients atteints. Ce dernier a insisté sur la nécessité de poursuivre le confinement sanitaire en tenant compte de la situation épidémiologique.

M. Ait Taleb a appelé à la vigilance car l’épidémie peut redoubler d’intensité. Le ministre a ainsi recommandé le maintien de «l’état d’urgence sanitaire jusqu’à ce que la situation épidémiologique devienne rassurante». Il a affirmé que le principal indicateur qui présente des données sur la vitesse de propagation de l’épidémie commence à diminuer et cela atteste, selon lui, d’une certaine maîtrise de l’épidémie.

«Mais cela ne signifie pas qu’il faut être optimiste et dire que nous avons remporté la bataille contre le coronavirus», a t-il indiqué. Le ministre de la santé a appelé à plus de vigilance car le virus peut se propager à très grande vitesse. Par ailleurs, M. Ait Taleb a jugé qu’il est possible d’effectuer des analyses de laboratoire à plus grande échelle, mais selon lui ce procédé encourt le risque d’épuisement des outils de dépistage affirmant que le processus d’adaptation des ressources à la situation épidémiologique a porté ses fruits..

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *