Le nombre de salariés déclarés en arrêt temporaire de travail en net recul

Le nombre de salariés déclarés en arrêt temporaire de travail en net recul

Ils sont passés de 900.914 au mois de mai à 593.391 en juin

Le nombre de salariés déclarés en arrêt temporaire du travail a reculé à 593.000 au titre du mois de juin. C’est ce qu’a indiqué lundi dernier à Rabat le ministre du travail et de l’insertion professionnelle, Mohamed Amekraz. Lors des questions orales dans le cadre de la promotion de l’emploi post-Covid-19, le ministre a précisé qu’il s’agit de 593.391 employés appartenant à 95.135 entreprises. Le ministre a aussi fait savoir que le nombre de salariés en arrêt de travail, affiliés à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), ayant bénéficié des allocations du fonds spécial pour faire face aux impacts économiques et sociaux de cette pandémie, est passé de 716.000 en mars à 892.711 au mois d’avril, puis à 900.914 au cours du mois de mai. Lors de son intervention, le ministre a fait remarquer que le secteur de l’hébergement et de la restauration a été le plus touché par la crise liée à la pandémie.

En effet, 93% des entreprises opérant dans ce secteur ont déclaré être dans une situation difficile. Viennent ensuite le secteur des services administratifs et les activités de soutien aux affaires (76%), celui des industries manufacturières (71%) et le secteur de la construction (70%). En guise d’accompagnement de l’opération de reprise des entreprises de leurs activités, M. Amekraz a relevé qu’au cours du mois de juin dernier, les agents du travail ont effectué des visites auprès de 4.696 unités de production qui ont repris leurs activités.

Ces entreprises qui employaient 342.000 salariés dans les conditions normales ont vu le retour de 219.500 employés. Selon les autorités, les entreprises et institutions productives de la région de Casablanca ont retrouvé leur activité à 92%, a indiqué le ministre, suivie de la région de Marrakech-Safi avec 82%. En revanche, et compte tenu de la poursuite de la classification de certaines régions en termes d’allègement des procédures comme Tanger-Tétouan-Al Hoceima (Zone 2), l’entité tarde à reprendre son activité. C’est ce qui explique le retour de seulement 38% des effectifs habituels.

Enfin, le ministre a tenu à signaler que le secteur du travail et de l’insertion professionnelle s’attellera à accompagner les entreprises et les personnes ayant perdu leur travail ainsi que les demandeurs d’emploi, à travers des procédures qui concernent particulièrement l’accompagnement des entreprises pour répondre aux besoins de compétences, notamment l’adaptation des compétences des ressources humaines dont elles auront besoin dans le cadre de la transformation de leur activité ou du lancement d’une nouvelle activité ou d’un nouveau produit.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *