Le rapport 2020 de l’Observatoire consacré à la jeunesse : Le plaidoyer de l’ONDH en faveur des jeunes

Le rapport 2020 de l’Observatoire consacré à la jeunesse : Le plaidoyer de l’ONDH en faveur des jeunes

La population jeune apparaît comme la plus exposée à la crise actuelle. Elle constitue l’un des groupes sociaux du Maroc confrontés à des défis politiques, économiques et sociaux réels.

Coup de projecteur de l’ONDH sur la jeunesse marocaine. Être jeune au Maroc est le sujet central du rapport sur le développement humain pour l’année 2020 réalisé par l’Observatoire national du développement humain. Selon les responsables, ce rapport propose de revisiter les priorités sociales et économiques du Maroc à la lumière du double choc sanitaire et économique et d’identifier les freins éventuels à son développement futur. «L’année 2020 apparaît comme celle qui marque un changement de fond dans l’évolution des différentes structures du pays marquant l’accentuation des inégalités homme-femme et la fragilisation du rapport à l’emploi pour les jeunes», précise la même source ajoutant que grâce aux interventions gouvernementales pour contrer les effets de la pandémie de Covid-19, les populations vulnérables ont pu échapper à leur basculement dans l’extrême pauvreté. Cela confirme, si besoin est, la portée stratégique de la généralisation de la protection sociale prônée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

Valoriser la population

Selon le document, la population jeune apparaît comme la plus exposée à la crise actuelle. Elle constitue l’un des groupes sociaux du Maroc confrontés à des défis politiques, économiques et sociaux réels. «Il s’agit du capital humain le plus précieux à valoriser, sur le plan de l’éducation et de la formation, de la santé, de la protection sociale et de l’entrepreneuriat. La présence des jeunes dans l’espace public, politique et civil, est questionnée dans sa capacité à les attirer. Le rapport des jeunes à cet espace, aux réseaux sociaux et aux médias, et aussi aux territoires renseigne sur le contexte et les conditions de leur insertion sociale, culturelle et économique et sur la nécessité de l’adaptation des politiques publiques aux âges et aux attentes des jeunes», apprend-on.

Besoins et attentes

Le rapport signale par ailleurs que l’examen des enquêtes existantes nous livre les regards introspectifs des jeunes sur leurs attentes, leurs aspirations, leurs perceptions de leur environnement social, familial et sociétal, leur référentiel de valeurs mobilisé individuellement en autonomie et leurs pratiques sociales, culturelles et politiques. Ces regards sont confrontés à l’analyse factuelle de la contribution des jeunes à la création des richesses. Ce spectre nous renvoie des images plurielles du vécu des jeunes : la modestie de leur insertion sur le marché du travail, l’informalité de l’emploi, le risque élevé de chômage et le faible avantage tiré des politiques actives d’emploi. La saisie de cette réalité sociale est approfondie à travers l’examen des profils, des déterminants, des aspirations et des attitudes des jeunes en situation de NEET. De cet exercice analytique ressortent de manière encore plus nette l’apport et les limites des programmes publics visant la prise en charge de cette catégorie de la population.

Politiques publiques

Pour l’ONDH, la jeunesse renvoie à une question sociale transversale. Ses questionnements, ses problématiques sont disséminés dans de nombreuses politiques publiques. Une politique nationale de la jeunesse devrait faire converger les actions relatives à la jeunesse portées par les politiques sectorielles, relevant de diverses administrations de tutelle, dont l’emploi et la santé. «Le traitement de la question de leur accompagnement, son caractère transversal et multidimensionnel imposent une coordination et une concertation entre les multiples intervenants, pour mieux cibler les interventions et optimiser l’utilisation des ressources. Dans le contexte actuel, l’élaboration et la mise en œuvre de nouvelles politiques de la jeunesse, mieux coordonnées et plus équitables, s’imposent comme un impératif fondamental», conclut l’ONDH. A noter enfin que l’Observatoire national du développement humain a pour mission, entre autres, de réaliser des études et enquêtes, générales ou comparatives, se rapportant aux différentes dimensions du développement humain au Maroc ; de proposer des mesures ou actions de nature à rendre effective la stratégie nationale de développement humain…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *