Société

Les apprentis clowns en conclave

À Essaouira, des jeunes sont en train d’apprendre sérieusement comment se mettre dans la peau d’un clown. Ils s’initient aux techniques de cet art et à ses multiples ruses pour arracher facilement des sourires et des rires. Ce programme de formation est au centre d’une rencontre interculturelle franco-marocaine de clowns qui se tient actuellement dans cette ville. C’est l’Association française «Caravane Théâtre», en collaboration avec le ministère de la Culture, qui a pris cette initiative. « Une première au Maroc !
Cette formation, assurée par un clown professionnel, concerne 12 Français et 12 marocains. Il faut noter que ces jeunes Français sont en train de suivre un stage de formation professionnelle, alors que les Marocains ne sont que des amateurs », précise Abderrahim Elbertai, le délégué du ministère de la Culture à Essaouira. Et d’ajouter : «Pour le groupe marocain, cette rencontre est plutôt une occasion pour tisser des amitiés et apprendre le b.a-ba du métier de clown».
Les ateliers de cette manifestation culturelle sont animés par Jean-Pierre Besnard, président de la «Caravane Théâtre». Dans le site Internet de cette dernière, l’on souligne que la sensibilisation et la mobilisation sociales sont plus efficaces avec le théâtre participatif. En fait, cette troupe est connue pour sa spécialité dans la mise en scène de spectacles traitant de divers sujets d’actualités : Sida, sexualité, toxicomanie, conduites suicidaires, racisme, mondialisation, écologie… Le nom de Jean-Pierre Besnard est devenu célèbre sur la scène artistique internationale avec son invention du « Clowning », un procédé révolutionnaire dans le théâtre. Déposée à l’Institut national de la propriété industrielle, cette méthode a comme devise : «Quand on rit, on peut parler de tout…».
«Le travail réalisé par J-P. Besnard, depuis 8 ans, avec le «Clowning», apporte des réponses dans les situations de crises, les oppressions sociales et dans le domaine de la prévention des risques en santé publique», relève-t-on dans le site de «Caravane Théâtre».
«Nous aimons transmettre nos compétences, partager nos connaissances et les outils avec lesquels nous travaillons, mais aussi recevoir et apprendre de tous les groupes que nous avons la chance de côtoyer», a annoncé tout récemment J-P. Besnard dans une déclaration relayée par l’agence MAP.
Les ateliers de cette rencontre dans la cité des alizés sont également ouverts aux enfants rêvant de connaître les petits secrets des clowns. C’est ainsi que 40 petits défavorisés passent leurs journées avec 24 apprentis bouffons. Une bouffée d’oxygène qui aura lieu également l’année prochaine.
Abderrahim Elbertai assure que cette première rencontre s’est limitée au seul volet formation et que le programme de la deuxième édition sera différent et plus large. «Nous comptons organiser des spectacles pour le grand public et faire bénéficier d’autres groupes de jeunes de cette formation», confirme-t-il. Plus qu’une rencontre, cette manifestation a le mérite de prouver que l’on ne s’improvise pas clown !  

Articles similaires

SociétéUne

Carte sanitaire : Le Maroc compte 30.643 médecins dans le public et le privé en 2023

Le ministère de la santé et de la protection sociale vient de...

Société

Souveraineté sanitaire : L’OMS salue la Vision Royale

La directrice régionale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour la...

RégionsSociété

Assilah mise sur le mix balnéaire et culturel

La ville bénéficie, en plus de la réalisation de nouvelles peintures murales...

SociétéUne

Sous-performance des garçons en lecture

Les résultats d’une nouvelle étude de Policy Center for the New South...