Leur mission s’étale depuis septembre sur 13 mois : Des jeunes oujdis se portent volontaires en migration à Kaolack

Leur mission s’étale depuis septembre sur 13 mois : Des jeunes oujdis se portent volontaires  en migration à Kaolack

Le bénévolat en migration attire les jeunes marocains. En témoigne la mission de volontaire de solidarité internationale qui va bon train.

Des participants de la région de l’Oriental y prennent part pour une durée de 13 mois. Et c’est à Kaolack (au Sénégal) qu’ils se sont rendus, depuis septembre dernier, afin de renforcer l’équipe du Centre d’excellence de coaching territorial (CECT) dans le domaine de la migration (migrants de retour et mobilisation des diasporas dans le développement local). Lors de cette mission initiée par France Volontaires, la GIZ et Expertise France entre autres, avec un cofinancement de l’Union européenne, les volontaires assurent, comme le précise l’ensemble des organisateurs, «une meilleure articulation dans le cadre du partenariat avec la Région de l’Oriental au Maroc».

Contexte de la mission et choix de Kaolack
En détail, cette mission intervient dans le cadre des Objectifs de développement durable (ODD) auxquels contribuent les volontaires. Selon les initiateurs, il s’agit notamment de «l’objectif 17 qui fait principalement le focus de la mission à travers les éléments de recherche liés aux capacités de connaissance des populations migratoires. Cependant, il existe un lien étroit avec les autres ODD. L’Agenda 2030 intègre de manière explicite la migration». Quant au choix de Kaolack, il se justifie, selon la même source, par «les courants migratoires qui y étaient traditionnellement temporaires et suivaient le rythme des saisons». D’où l’intérêt de la création du Centre d’excellence de coaching territorial de Kaolack par le conseil départemental de cette ville sénégalaise. L’objectif étant d’accompagner «la mise en œuvre d’une stratégie dans une approche multi-acteurs, inclusive et responsable». Pour rappel, ce centre a été inauguré en 2018 en présence de Abdennabi Biioui, président du conseil de la région de l’Oriental du Maroc, outre d’autres responsables sénégalais.

L’expérience d’Oujda sollicitée
Avec la région de l’Oriental au Maroc, le département de Kaolack développe une coopération décentralisée Sud-Sud depuis 2016. En outre, la collectivité territoriale marocaine a accompagné le conseil départemental de Kaolack pour la création et la mise en service du centre d’excellence de coaching territorial de Kaolack, sis dans des locaux spécifiquement aménagés pour cela en se basant sur l’expérience de celui d’Oujda. Dans ce centre à Kaolack, les étudiants, salariés, volontaires, stagiaires intéressés par les questions de mobilités africaines, membres des coopératives et GIE (Groupements d’intérêt économique) contribuent à une action d’utilité sociale ou d’intérêt général. Cela étant, cette mission, censée être couronnée par des résultats, est marquée par différentes activités.

Activités du volontaire
En détail, le volontaire anime la plate-forme d’échange et de partage regroupant l’ensemble des organisations publiques ou privées (société civile) pour la migration. Il appuie également les autres volontaires de Kaolack qui visitent régulièrement le Centre d’excellence de coaching territorial à la recherche des informations sur la migration en lien avec la région de l’Oriental. Il se charge en outre de produire des documents pédagogiques sur la migration, voire d’identifier et d’assurer en partie le renforcement des capacités dans le domaine de la migration et de la mobilisation des diasporas, dont ont besoin les collectivités locales, les coopératives, GIE, TPE, PME.
Aussi, il accompagne les jeunes professionnels de Kaolack dans leurs relations avec les acteurs de la région de l’Oriental pour leur spécialisation. Comme il prépare le développement d’échanges entre coopératives spécialisées dans la transformation de produits agricoles des régions de l’Oriental et de Kaolack, ainsi que des participations concrètes des coopératives de l’Oriental à la Foire internationale de Kaolack et réciproquement des coopératives de Kaolack au Salon de l’ESS de la région de l’Oriental. De plus, il identifie et implique les diasporas des deux régions dans la co-construction d’une dynamique d’échanges et de projets communs, voire il construit une méthodologie opérationnelle pour la mobilisation des diasporas dans le développement local.

Résultats attendus de la mission

In fine, la plate-forme d’échange permet aux différents volontaires du Centre d’excellence de coaching territorial de Kaolack de sortir des cloisonnements habituels et de construire des solutions nouvelles et innovantes. «Le développement d’échanges entre les coopératives spécialisées dans la transformation de produits agricoles des régions de l’Oriental et de Kaolack va donner corps à une dynamique autour de l’économie sociale et solidaire», ajoute l’ensemble des partenaires à propos de ces résultats attendus.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *