970x250

L’Institut Groupe CDG scrute le développement durable

L’Institut Groupe CDG scrute le développement durable

Un webinaire a été organisé récemment sur cette problématique

L’Institut Groupe CDG et le Pôle Stratégie et Développement du Groupe CDG ont organisé le 13 septembre un webinaire autour de la thématique «Le développement durable, une réalité» Ce panel a été animé par d’éminents experts. Le webinaire a connu la participation d’Adnane Chekli, directeur Stratégie et programmes de la CDG, Manal El Abboubi, Pr à l’Université Mohammed V, Rabat et chercheuse associée à Economia, HEM Research Center et à EGiD, Mathilde Dufour, head of sustainability research à Mirova, et Damien Navizet, directeur de projet stratégique, Caisse des dépôts de France. Cette rencontre a été l’occasion, entre autres, de revenir sur la notion même de développement durable telle que définie par le rapport Brundtland en 1987. Ce même document qualifie la notion de développement durable de «développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs».

Dans le cadre de ce séminaire les intervenants ont tenté de répondre à différentes questions, notamment à celles liées à la manière de faire du développement durable une réalité, d’éviter de tomber dans le greenwashing et de s’engager davantage en faveur de la pérennité de la planète. Ils se sont en outre attelés à réfléchir aux leviers nécessaires permettant l’alignement des acteurs économiques avec les principes de la durabilité. Ce webinaire a aussi permis d’égrener les différentes approches adoptées en matière d’environnement par les entreprises. Les intervenants étaient unanimes à considérer les entreprises comme d’importantes contributrices aux enjeux de développement durable à travers leurs politiques en la matière, notamment sur les volets liés à la responsabilité sociale (RSE) et leurs stratégies managériales.

Il a été constaté que les entreprises commencent de plus en plus à intégrer, de manière volontaire, les différentes préoccupations sociales et environnementales à leurs activités commerciales. Les intervenants ont considéré que les entreprises d’aujourd’hui se devaient, en plus d’être économiquement viables, de veiller à produire un impact positif sur la société tout en respectant davantage l’environnement. Les interventions ont permis de faire émerger plusieurs constats qui ont fait consensus parmi les invités : l’une des voies de développement et d’amélioration futures est la formation des citoyens de demain aux enjeux de développement durable dès la petite enfance.

Ceci permettra d’avoir une génération de citoyens (investisseurs, managers, éducateurs…) imprégnés des convictions de protection de la planète et donc d’avoir de modèles économiques pérennes et responsables. L’autre voie d’amélioration est la transversalité dans la pratique qui encourage l’entreprise à passer d’un «management de la RSE» vers un «management par la RSE» qui consiste à retrouver les principes de développement durable sur l’ensemble des fonctions de l’organisation (RH, Marketing…) et non seulement au niveau de la cellule en charge du développement durable.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.