Lutte anti-Sida: le fonds mondial accorde au Maroc 37,4 millions de dollars

Lutte anti-Sida: le fonds mondial accorde au Maroc 37,4 millions de dollars

En soutien aux efforts du Maroc dans la lutte contre le sida, le Fonds mondial de lutte le sida, la tuberculose et le paludisme, a octroyé une rallonge budgétaire de 37,4 millions de dollars au Maroc.


"Nous n'avons pas seulement maintenu notre financement des programmes mis en œuvre, mais nous avons aussi augmenté de 74 % les fonds mis à disposition sur la période 2014-2016". C’est ce qu’ a déclaré  mercredi 21 mai 2014, le directeur du fonds pour la région MENA, Lilou Castanié  au cours d'une rencontre à Genève avec la délégation marocaine participant aux travaux de l'assemblée mondiale de la santé(19-24 mai 2014).



Il a affirmé que l'appui "renouvelé et renforcé" de l'organisme international à l'égard du Royaume atteste de "la crédibilité des engagements, de la bonne gouvernance et de l'efficacité de gestion des fonds par le ministère de la Santé et ses partenaires".



Pour M. Castanié, "il est important d'assurer la continuité des actions de prévention et de lutte contre les maladies du Sida et de la tuberculose, en termes notamment de dépistage et de traitement".

Il a dans ce contexte qualifié le Maroc de "pays modèle et hub régional que nous souhaitons accompagner et soutenir encore plus efficacement".



Au cours de cette entrevue, la délégation marocaine a réitéré "l'engagement du Maroc en faveur d'un niveau de performance élevé dans sa coopération avec le fonds mondial de lutte contre le Sida ».

Les deux parties ont relevé une baisse pour la première fois de l'incidence du VIH-Sida, avec une réduction notable des nouveaux cas d'infection.

 

 

En chiffres, cette dynamique a favorisé une meilleure couverture des personnes vivant avec le VIH par le traitement antirétroviral à hauteur de 53 %, soit 6.464 patients pris en charge gratuitement. 

Les résultats obtenus en matière de contrôle de la maladie et d'amélioration continue des capacités de dépistage et de diagnostic sont en progression continue : la prévalence de l'infection au VIH a été stabilisée à 0,1 % de la population. 



Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *