Mhammed Benaboud : «La restauration des maisons traditionnelles est une affaire urgente»

Mhammed Benaboud : «La restauration des maisons traditionnelles est une affaire urgente»

Dans cet entretien, Dr Mhammed Benaboud nous parle des principaux objectifs de la première semaine culturelle estivale de Tétouan, dont les travaux viennent de prendre fin.

ALM: Quelle a été la particularité de cette semaine par rapport à d’autres événements culturels organisés lors de cet été ?

Dr Mhammed Benaboud: La Semaine culturelle estivale que vient d’organiser l’association Tétouan Asmir et l’association Zoubida Afilal est un événement très particulier. Nous avons choisi le mois d’août pour la tenue de cette semaine, car la ville et les plages sont pleines par les visiteurs. Nous avons voulu à cette occasion ouvrir une autre option : la culture. Ainsi, nous avons organisé toutes les activités de la semaine dans la médina de Tétouan, plus précisément à l’intérieur de cinq maisons traditionnelles que nous avons restaurées. L’idée c’est de présenter la dimension culturelle de cette médina, classée au patrimoine mondial par l’Unesco, au grand public marocain.

Etes-vous satisfait de la fréquentation de cette première édition ?

Nous avons décidé, en raison de la pandémie du Covid-19, de tenir des rencontres virtuelles lors de cet événement pour pouvoir partager la culture et les arts de la médina avec un grand nombre de visiteurs via l’Internet. Nous sommes très satisfaits de l’accueil qu’a reçu la première semaine aux niveaux national et international. Surtout que cet événement s’est caractérisé par une grande variété de ses activités culturelles et artistiques et des rencontres de haut niveau animées par des experts et des spécialistes marocains et étrangers.

Pourquoi avez-vous choisi la thématique du patrimoine de la médina de Tétouan pour cet événement ?

Notre médina a été construite il y a cinq siècles et c’est l’une des plus belles du Maroc. Elle se caractérise par sa très grande diversité et les richesses architecturales de ses maisons que nous avons voulu faire découvrir à un large public. Parce que elles ont été construites au fur et à mesure durant les cinq siècles. Il faut souligner l’importance de la conservation de ce patrimoine culturel. D’ailleurs, la restauration des maisons traditionnelles est une affaire urgente.

Quel est l’objet principal de cette semaine ?

Nous avons voulu créer une prise de conscience sur l’importance du patrimoine culturel de Tétouan. Nous avons saisi l’occasion pour mettre en avant les sites culturels et historiques de la médina. Nous avons souligné l’importance des maisons traditionnelles comme monuments historiques d’une grande diversité architecturelle et culturelle. Nous constatons une grande différence entre les maisons tétouanaises d’un siècle à l’autre durant les cinq siècles. Par exemple, il n’y avait pas de zellige dans les maisons du 16ème siècle. Tandis que les maisons du 19ème et 20ème siècle étaient très développées et décorées de zellige, dont Tétouan continue de se distinguer des autres villes du Maroc. C’est pour cela que nous avons voulu mettre en avant l’importance des arts traditionnels de la médina tels que le zellige, le bois peint, mais aussi la broderie et autres.

Pourriez-vous nous parler des grandes lignes de cette première édition ?

La programmation de la semaine culturelle se distingue par une rencontre-débat sous le thème patrimoine culturel de la médina de Tétouan avec la participation des professeurs universitaires et des spécialistes du patrimoine. Elle a connu aussi une rencontre avec des représentants de huit associations, œuvrant à la préservation du patrimoine. Ils ont présenté à cette occasion le projet de restauration des différents monuments historiques dans leurs villes. Le programme de cette première édition comporte plusieurs activités, dont des expositions de la peinture, de la broderie tétouanaise, du zellige et un concert animé par un orchestre féminin traditionnel tétouanais.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *