Nutrition en période de la pandémie : Les conseils du ministère

Nutrition en période de la pandémie : Les conseils du ministère

Le ministère de la santé vient de publier un guide de nutrition durant la pandémie à l’usage des professionnels de santé. Ce guide contient de précieuses informations sur la nutrition, pour contribuer au maintien d’un bon système immunitaire.

On y trouve aussi plusieurs recommandations nutritionnelles pour les personnes âgées, la femme enceinte et allaitante, l’alimentation de l’enfant, la prévention de la prise de poids ainsi que les bonnes pratiques sanitaires des aliments. Le ministre de la santé, Khaled Ait Taleb, estime que ce guide incitera le personnel médical à « s’investir davantage dans le soutien nutritionnel nécessaire pour optimiser la réponse du système immunitaire et améliorer le statut nutritionnel des individus afin de mieux faire face à cette situation sanitaire liée à la Covid-19». Ainsi, dans le but de prévenir et de renforcer le système immunitaire, il est important d’assurer un apport adéquat en énergie et en protéines dans l’alimentation quotidienne tout en respectant les besoins requis pour chaque genre et chaque tranche d’âge. Les besoins moyens en protéines d’un adulte sont de 0,8 g/kg de poids corporel.

Cette valeur peut augmenter jusqu’à 1,2 g/kg chez les personnes âgées saines. Boire suffisamment de liquides est également une étape efficace pour prévenir la maladie. Il est recommandé de boire suffisamment d’eau, des tisanes sans sucre ajouté, du thé sans sucre et des soupes. L’un des indicateurs simples pour déterminer si l’apport de liquides est suffisant, c’est d’avoir des urines diluées (couleur très claire). Par ailleurs, le ministère de la santé insiste sur un apport suffisant en vitamine D. Plus encore pendant cette période de crise du coronavirus. Une supplémentation préventive par une dose de 100.000 UI de vitamine D3 des enfants de plus d’un an qui présentent un risque majoré en raison d’une faible exposition au soleil et d’une alimentation non équilibrée et sous prescription médicale.

Les personnes âgées appelées à plus de vigilance

Les paramètres physiologiques des personnes âgées de plus de 60 ans sont très différents d’une personne plus jeune, ce qui les oblige à plus de vigilance, surtout dans cette période de pandémie. Les besoins énergétiques de la personne âgée sont presque identiques à ceux de l’adulte jeune : 25 à 30 Kcal/kg/J, cet apport peut augmenter selon l’état nutritionnel de la personne âgée. D’autre part, pour éviter l’aggravation de la fonte musculaire, l’apport nutritionnel conseillé en protéines est de 1 à 1,2g/kg/j sous forme de protéines animales (viandes, poissons …) et végétales (amande, noix, haricots rouges, lentilles, pois chiches, pois cassés, céréales…)

Les femmes touchées par la Covid-19 peuvent allaiter

Une alimentation saine, combinée à la prise des micronutriments, fournit aux femmes enceintes les nutriments dont elles ont besoin pour avoir de l’énergie, tout en favorisant une grossesse en santé. Les bienfaits de l’allaitement sont importants pour le nouveau-né. A ce sujet, le ministère rassure les femmes qui allaitent en signalant que le risque de transmettre la Covid-19 par le lait est faible puisqu’il s’agit d’un virus respiratoire. À ce jour, et d’après des études réalisées auprès des femmes infectées par le virus et qui allaitent, il s’est avéré que le virus n’existe pas dans le lait maternel. Les femmes touchées par le virus Covid-19 peuvent allaiter. Cela dit, elles doivent prendre plusieurs mesures, à savoir porter un masque facial, se laver les mains avec du savon ou un désinfectant avant et après chaque tétée ou tout autre contact étroit avec le bébé. En outre, elles doivent nettoyer et désinfecter régulièrement toutes les surfaces qu’elle touche. La mère touchée par le coronavirus peut continuer à s’occuper de son enfant à condition d’utiliser un masque facial, de maintenir une distance physique avec les autres personnes d’au moins 1 mètre et d’éviter de se toucher les yeux, le nez et la bouche.

Le surpoids, un facteur aggravant

Des études récentes ont montré qu’un surpoids important constitue la principale comorbidité en lien avec les formes sévères de Covid-19. Cette association entre surpoids et formes sévères était déjà connue pour d’autres infections respiratoires telles que la grippe A(H1N1). Toute diminution de la masse graisseuse constituera une chance supplémentaire de mieux résister au coronavirus. A noter que le dépistage systématique des troubles nutritionnels (dénutrition, surpoids et obésité) est nécessaire pour identifier les personnes à risque et assurer leur prise en charge.

Aliments : Les bonnes pratiques sanitaires à suivre

Les emballages peuvent avoir été contaminés par des mains souillées lors de leur manipulation par une personne infectée par la Covid-19 (via les mains, éternuements…). Même si le virus causant la maladie ne peut survivre plus de 3 h sur les surfaces des emballages, il est important de bien essuyer les emballages avec un essuie-tout à usage unique humidifié. On peut également laisser reposer les produits emballés non réfrigérés trois heures après les avoir ramenés à la maison lorsqu’il ne s’agit pas de produits frais. Le ministère recommande d’éviter de consommer des produits laitiers non emballés, non pasteurisés et non stérilisés, ce qui peut être l’un des moyens de transmission du virus. Comme le pain cuit à haute température et que les virus sont sensibles à la chaleur, il n’y a aucune possibilité de contamination à ce stade. Cela dit, pour éviter la contamination du pain pendant la manipulation, un transport approprié du pain jusqu’au domicile est fortement recommandé.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *