Ô Vaccin ! Quand tu nous tiens

Ô Vaccin ! Quand tu nous tiens

«Il ne faut pas empiéter sur l’avenir en demandant avant le temps ce qui ne peut venir qu’avec le temps. Mieux vaut manifester sa raison par tout ce que l’on tait que par ce qu’on dit. Tout pour moi, rien pour les autres, voilà la devise de l’égoïste. Tout égoïste fait de lui-même le centre de l’univers. Le bonheur connaît son moi en autrui»
Arthur Schopenhauer

Par Dr Imane Kendili
Psychiatre-addictologue

La libération est proche. On rêve, o s’occupe, on projette, on programme. Mieux encore ! Certains sont rivés à leurs sièges à la recherche d’une destination au soleil en janvier. Qui dit mieux ?
Une libération couplée à un vaccin miraculeux qui balayerait définitivement la Covid. Vaccinés, les mesures barrières et les contraintes socialement non admises de distanciation seront levées. Les bains de foule et les frottements de bus sont attendus.
Le vécu des french kiss et embrassades de l’après-guerre !
Dites-moi pourquoi doit-on en permanence rappeler à la maturité nos concitoyens. Nous serions une population de joyeux lurons en attente de miracles. On attend tout de l’autre avec un grand A. L’Autre nous sauvera. L’Autre nous guérira. L’Autre pouvant être nos dirigeants qui font plus que le maximum au vu de la gestion toujours en amont depuis le début de la Covid citant la dernière d’un vaccin accessible à tous. Que peut-on demander de plus à l’Autre ?
Nous devons nous engager et prendre nos responsabilités. Ce n’est pas gagné d’avance ? Si nous revenons à notre lexique, la responsabilité est fuie et imputée à l’autre même quand c’est un objet inerte.
Je vous donne un exemple. Quand nous faisons tomber un verre, nous ne disons pas «j’ai fait tomber le verre» mais «le verre est tombé». Mieux encore. Je me cogne contre une porte, je cite «la porte m’a cognée»… Où je veux en venir ? Simple. Quand même pour un acte qui implique un objet, on lui octroie la responsabilité de l’acte, comment voulez-vous être en pleine conscience d’une responsabilité engagée collective ?
Un travail psycho éducationnel profond est à penser. Pas seulement pour la Covid. Pour énormément de maux de société que nous partageons avec la population mondiale car, navrée de vous l’apprendre, la mondialisation a fait de nous un citoyen du monde et non un homme rare qui miraculeusement par incantations ou effusions de plomb échapperait à ses réalités.
La prise de conscience, l’acceptation d’un changement de vie suite à la crise Covid comme toute autre crise passée dans l’histoire de la peste à la guerre.
Messieurs, dames ! Un vaccin a besoin de temps et les spécialistes à travers le monde parlent de 18 à 24 mois pour parler d’immunité collective.
Donc, une fois ma piqûre faite, je ne pourrai pas lever les mesures barrières par sécurité et responsabilité collective, car nous ne sommes pas égaux devant la Covid.
La réduction des risques a démontré à travers les mesures barrières et le confinement premier que la gestion en amont est bien plus efficace et moins coûteuse qu’un soin-guérison tributaire de la poche des citoyens et du nombre de places et respirateurs disponibles.
Soyons réalistes. Certains produits nécessaires au traitement de la Covid quand elle se complique sont en rupture en Europe et difficiles à trouver comme l’héparine-retard par exemple.

L’affaire est sérieuse et si certains ont une meilleure immunité que d’autres, rien n’est prévisible à l’avance pour un virus dont les suites thromboemboliques, respiratoires et immunitaires sont compliquées sur le long terme.
Donc le vaccin ne permettra pas le French Kiss de l’après-Guerre.
Par ailleurs, le virus est là mais parlons de charge virale. Il est important de comprendre que le risque augmente avec le temps passé dans un endroit avec une personne infectée, sans masque, à absorber. Sans oublier nos fluides corporels, la salive étant premier vecteur.

Penser la psychoéducation et la réduction des risques de contamination sur le long terme. Si les Chinois aujourd’hui ne parlent plus de la Covid, c’est aussi une question de culture et de discipline. Ils ne sont pas tactiles et se saluent tout aussi poliment mais avec distanciation.
Si les pays de Nord de l’Europe ne sont pas entendus sur cette affaire et que la vie continue au Nord, c’est également une question de discipline et de civisme.
Les mesures éducationnelles ont toujours été salutaires. La crise de choléra est passée par l’éducation à l’hygiène. Si aujourd’hui, les parasitoses sont quasiment oubliées, c’est également grâce à l’éducation et la sensibilisation à la transmission oro-fécale particulièrement.

Réveillons-nous !
Le vaccin est un cadeau, certes, décidé et mis en place rapidement. Mais l’hygiène, le lavage des mains, la distanciation, le port du masque, la nutrition avec un apport de vitamine C et de zinc ; mais pas seulement, le combat comportemental contre l’obésité et la sensibilisation au diabète en parlant des méfaits du sucre, sont à prioriser. Le tabac également à combattre. Le sport, l’activité physique sont primordiaux et sont de réels soins aujourd’hui.
La réduction des risques, la prévention et la sensibilisation sont les étendards de la Covid. Nous gagnons à nous protéger en changeant nos habitudes de vie.
La course aux recettes et méthodes naturelles est une vraie comédie. Si vous mangez de l’ail ou de l’oignon c’est une habitude à vie et pas spéciale Covid.

Il est vrai que la nutrition a un grand rôle car la santé est également dans notre assiette mais qui en parle ? Notre immunité également !
Après la carte vaccinale, va-t-on passer à la carte immunitaire ?
Non ! Ce qui peut être fait par l’Autre dont on attend tout est déjà fait. Le citoyen marocain doit faire pour lui-même et sa communauté car qu’on le veuille ou non : Ce n’est pas la Covid qui me frappe, c’est moi qui l’attrape !». Vous m’excuserez pour cette traduction littérale.

Le vaccin est une excellente nouvelle mais c’est la responsabilité et l’engagement au maintien solidaire des mesures barrières qui feront une réussite de ce vaccin et une immunité collective progressive.
Donc, programmer vos vacances aux Maldives ou en Grèce est irresponsable ! Programmez vos vacances au Sud ou au Nord du Maroc. Le Maroc a besoin de nous !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *