Permis de conduire : La délivrance du certificat médical bientôt dématérialisée

Permis de conduire : La délivrance du certificat médical bientôt dématérialisée

Après la digitalisation des épreuves pratiques

L’importance de ce projet réside dans le suivi d’évaluation de l’état de santé des conducteurs que ce soit pour les candidats à l’examen de permis de conduire, les conducteurs âgés de 65 ans et plus ou les conducteurs professionnels.

L’administration poursuit sa transformation digitale. Après son intention de numériser les épreuves d’obtention du permis de conduire, c’est au tour du processus de délivrance du certificat médical. En effet, la Narsa planche actuellement sur la dématérialisation de la procédure de délivrance du certificat d’aptitude physique et mentale du permis de conduire. Pour y aboutir, elle vient de lancer un appel d’offres afin de mettre en place un système de gestion informatisé de la délivrance du certificat d’aptitude physique et mental du permis de conduire, de manière à coordonner l’action de tous les acteurs, au niveau du ministère de la santé et de la protection sociale «MSPS», de l’Agence nationale de la sécurité routière (NARSA) et des médecins agréés en vue de supporter les gestionnaires dans le traitement opérationnel des dossiers. Ce projet de dématérialisation concerne principalement le processus de délivrance de la visite médicale d’aptitude physique et mentale à la conduite, qui rappelons-le, doit être effectuée par un médecin agréé à cet effet.

L’importance de ce projet réside dans le suivi d’évaluation de l’état de santé des conducteurs que ce soit pour les candidats à l’examen de permis de conduire, les conducteurs âgés de 65 ans et plus ou les conducteurs professionnels.
Il permettra l’amélioration et l’efficacité de la gouvernance des certificats médicaux d’aptitude à la conduite d’un véhicule, explique la Narsa soulignant que «la dématérialisation de ce processus doit se faire en assurant la communication et l’interfaçage entre l’ensemble des systèmes d’information éventuels existants au niveau de la Narsa et les structures provinciales et régionales du ministère de la santé et de la protection sociale». Ce projet a également pour finalité de sécuriser le processus de la délivrance du certificat médical dans les deux cas de visite ou contrevisite médicale.
Dans cette perspective, le périmètre de dématérialisation de la procédure de délivrance du certificat médical couvre la visite médicale préalable, à subir pour le passage des épreuves d’examens pour l’obtention d’un permis de conduire, la visite médicale pour l’obtention d’un duplicata ou d’un échange du permis de conduire, la visite médicale pour le maintien du droit de conduire des titulaires de permis de conduire âgés de plus de 65 ans, la visite médicale pour le maintien du droit de conduire des titulaires de permis de conduire des catégories «B» et «E» (B); «C», et «E(C)» ; «D» et «E(D)», lors de la conduite de véhicules affectés au transport de marchandises ou de transport en commun de personnes conforme à ces catégories ainsi que la contrevisite médicale.

Pour la Narsa, cette dématérialisation s’aligne sur une politique de simplification des procédures permettant de donner «une avancée majeure en faveur d’une gestion responsable et transparente du processus de la délivrance du certificat d’aptitude physique et mentale pour l’obtention du permis de conduire, en garantissant à la fois les droits des médecins agréés et des citoyens» ajoutant qu’une attention particulière est à ce stade accordée aux dossiers de la visite médicale de manière à répondre aux impératifs de maîtrise, de réactivité et d’équité dans le traitement des dossiers associés.
Sur le plan pratique, la saisie du dossier de la visite médicale par exemple se fait avec un identifiant unique sur le registre des visites médicales.

De même, le système prévu doit inclure l’implémentation de la signature électronique pour le certificat de la visite médicale ou de la contrevisite et permettra le paiement électronique en ligne de la visite médicale.
Notons que ce projet englobe plusieurs acteurs, à savoir les Directions régionales de la santé (personnel administratif chargé de la commission médicale d’appel), Direction des hôpitaux et des soins ambulatoires (DHSA), la Division de l’informatique et des méthodes (DIM) du ministère de la santé et de la protection sociale (MSPS), les médecins agréés, le personnel d’accueil du médecin agréé ainsi que les services de la Narsa dont les centres d’immatriculation.

 

Leila Ouchagour

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *