Permis de conduire : La digitalisation des épreuves pratiques pour bientôt

Permis de conduire : La digitalisation des épreuves pratiques pour bientôt

D’importants changements sont en vue pour les permis de conduire au Maroc.

Un contrat de collaboration et de recherche scientifique et technique a été conclu entre la NARSA et l’Université Mohammed VI Polytechnique de Benguerir pour la digitalisation des épreuves pratiques pour l’obtention des permis de conduire. Ce projet permettra d’améliorer la compétence des nouveaux conducteurs et de fiabiliser le permis de conduire aux niveaux national et international. Cet accord vise ainsi à garantir «une évaluation objective, transparente et équitable de l’acquisition des connaissances et des compétences par les conducteurs à l’examen pratique», indique la Narsa. La mise en oeuvre de ce partenariat sera étalée sur cinq étapes complémentaires allant de la phase d’études, de conception et de réalisation jusqu’au développement et tests de l’ensemble du dispositif technique.

Une collaboration scientifique et technique entre les deux parties permettra de créer un kit de digitalisation intégré aux véhicules d’examen à même d’évaluer objectivement les performances des candidats au permis de conduire dans des conditions réelles de conduite. Le directeur de l’Agence nationale de la sécurité routière, Benacer Boulaajoul, a précisé qu’à travers cet accord, il s’agit de digitaliser et dématérialiser l’évaluation des candidats aux épreuves pratiques. La NARSA dispose d’un matériel complet des épreuves théoriques pour l’obtention du permis de conduire, à travers le projet d’une «banque» de questions qui va atteindre 1.000 questions au lieu de 600 actuellement. Rappelons à ce sujet que le ministère de l’équipement, du transport, de la logistique et de l’eau avait lancé un appel d’offres pour la réalisation d’une étude portant sur la révision de la banque des questions- réponses de l’examen théorique.

Au total, 1.000 questions-réponses seront formulées contre 600 actuellement. Datant de 2004 et se basant sur les dispositions de l’ancien code de la route, le système actuel d’examen théorique est devenu obsolète. Par ailleurs, M. Boulaajoul a aussi fait savoir que toutes les opérations de terrain seront réalisées à l’aide de machines, ce qui limitera l’implication de l’élément humain dans l’évaluation objective du candidat. Les épreuves pratiques seront effectuées à l’aide d’une voiture intelligente qui interagit avec son environnement. Les chercheurs et universitaires de l’UM6P se pencheront sur la réalisation d’un projet modèle et le présenteront au début de l’année prochaine en attendant de le généraliser au niveau national.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *