Société

Petites bonnes : l’engagement Princier

© D.R

Sous la présidence de SAR la Princesse Lalla Meryem, cinq conventions ont été conclues à Rabat entre le secrétariat d’Etat chargé de la famille, de l’enfance et des personnes handicapées en tant que département gouvernemental coordonnateur de la commission ministérielle spéciale de l’enfant et cinq partenaires institutionnels.
Ces conventions visent à mettre en place un cadre de partenariat pour le soutien de la troisième phase du programme "Inqad" relatif à la lutte contre le travail domestique des petites filles. Notamment dans les régions du  Grand Casablanca, Doukkala-Abda et Chaouia-Ouerdigha, Tansift-El Haouz, Rabat-Salé-Zemmour-Zaër et Fès-Boulemane ainsi qu’à Taza, Taounate et Errachidia. La première convention, signée avec le comité de gestion de l’Initiative nationale pour le développement humain, prévoit que ce dernier se charge de la lutte contre le travail domestique des petites filles dans le cadre de son action dans le domaine de la lutte contre la précarité et la pauvreté et de son appui aux projets des associations partenaires de ce programme. La deuxième convention, conclue avec le secrétariat d’Etat chargé de l’Alphabétisation et de l’éducation non-formelle, stipule que ce département oeuvre à la diffusion et à la généralisation des spots de sensibilisation audio-visuels du programme "Inqad" et à l’élaboration des programmes d’éducation non formelle au profit des filles ayant abandonné l’école en vue de les réinsérer dans le système d’enseignement.
Conclue avec l’ONDE, la troisième convention prévoit que l’Observatoire se charge de la mobilisation des différents partenaires pour contribuer aux efforts visant la lutte contre le travail domestique des petites filles et ce, à travers le soutien, l’assistance juridique et l’orientation par le biais du centre d’écoute et de protection des enfants victimes de maltraitance ou à travers le suivi du programme et la présentation de ses résultats devant le congrès national des droits de l’enfant.  Aux termes de la quatrième convention signée avec l’agence de développement social (ADS), cette dernière alloue un montant de 20 millions DH pour l’appui du programme durant une période de 4 ans renouvelables. L’ADS oeuvrera également à améliorer et à développer les capacités des familles ciblées à travers la création de projets générateurs de revenus.
La cinquième convention, signée avec les Fondations Zakoura pour les microcrédits et pour l’éducation, prévoit la mobilisation du réseau des centres de la Fondation Zakoura de microcrédits pour le soutien des familles à travers l’octroi de microcrédits et l’appui aux initiatives adoptées dans le cadre du programme "Inqad" relatif aux microcrédits. La signature de ces conventions constitue la deuxième étape après le lancement de la campagne de sensibilisation pour la lutte contre le phénomène du travail domestique des petites filles (22 janvier-23 février derniers), en application des décisions du plan d’action national pour l’enfant pour la décennie 2006-2015, dont la mise en œuvre a été entamée lors de la 11ème session du congrès national des droits de l’enfant, tenu à Marrakech en juin 2006.
 

Articles similaires

SociétéUne

Le CNDH plaide pour «une ville des droits»

Le développement durable et inclusif des villes est intimement lié aux droits...

Société

Green Jobs II : L’ANEF et la GIZ forment des guides locaux en spéléologie

L’Agence nationale des eaux et forêts (ANEF) et l’Agence allemande de la...

Société

Financés par l’AFD et l’ambassade de France : Des projets d’«Ajyal Egalité» lancès à Béni Mellal

Plusieurs projets financés dans le cadre du programme Ajyal Egalité ont été...

SociétéUne

Maroc : Le HCP table sur une croissance de 3,7% en 2025

Le Produit Intérieur Brut (PIB) du Maroc devrait afficher une croissance de...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux