Pôles de retraites : Cette fois-ci sera-t-elle la bonne ?

Pôles de retraites : Cette fois-ci sera-t-elle la bonne ?

Une réunion du comité de pilotage de la réforme des régimes très attendue pour trancher

Le scénario existe depuis des années mais aucune décision n’a été prise. La création de deux pôles de retraites est dans ce sens très attendue. Les regards se tournent aujourd’hui vers le comité de pilotage de la réforme des régimes de retraites qui va se réunir dans les prochains jours.
Si les responsables gouvernementaux veulent accélérer ce chantier, c’est que le répit offert par la dernière réforme paramétrique risque de s’épuiser dans les prochains années. De même, les scénarios de réformes pour le régime de retraite de la CNSS ont déjà été arrêtés en attendant une décision définitive des autorités compétentes. Il faut préciser que le ministère de l’économie, des finances et de la réforme de l’administration a déjà réalisé une étude concernant la mise en place de deux pôles de retraites, un premier réservé aux fonctionnaires du secteur public et un second couvrant les salariés du secteur privé. Si la réforme est devenue nécessaire pour le secteur privé afin de revoir les prestations servies, la réforme devient plus que jamais déterminante pour le régime des fonctionnaires du public.

Pour rappel, le ministre des finances, Mohamed Benchaâboun, a annoncé lors de la présentation du PLF 2021 devant la commission des finances au Parlement, une baisse des réserves des pensions civiles. Celles-ci qui se chiffrent à 70,65 milliards DH en 2020 devraient s’établir à 63,53 milliards DH en 2021 puis à 54,21 milliards DH en 2022. Cette baisse a pour conséquence une hausse du taux des cotisations des fonctionnaires à 39% à l’horizon 2022 contre 28% actuellement. Reste à savoir si la prochaine réunion du comité de pilotage de la réforme des régimes de retraites permettra de prendre une décision définitive. A noter que le conseil d’administration de la CMR (Caisse marocaine des retraites) a tenu par visioconférence une session. A cette occasion, le conseil d’administration a noté que la Caisse a pu honorer ses obligations inscrites dans le contrat programme conclu avec l’État, notamment le renforcement de la gouvernance de la caisse, l’accélération de la transformation digitale, l’augmentation du rendement du portefeuille financier et l’amélioration de sa gestion, en particulier à travers les financements innovants de l’Etat (le taux de rendement est passé de 3,73% en 2016 à 5,27% en 2020), indique un communiqué de la Caisse.

En ce qui concerne l’équilibre financier du Régime des pensions civiles, le conseil a appelé à l’accélération du chantier de la réforme systémique des régimes de retraite et ce, conformément aux Hautes orientations royales incitant à la mise en place d’un système intégré de protection sociale qui répond aux conditions de solidarité et de pérennité financière, note la même source.

9 MDH pour renforcer la protection sociale à Tiznit

Une enveloppe financière de 9 MDH est consacrée à la mise en place de trois établissements de protection sociale dans la province de Tiznit. Ce montant est également destiné à la mise à niveau de l’atelier d’intégration professionnelle de personnes en situation de précarité, indique le Conseil de la région de Souss-Massa. Le Conseil contribue au financement de ces projets avec 2 MDH, le Fonds de l’Initiative nationale pour le développement humain (2 MDH), le ministère de la solidarité, du développement social, de l’égalité et de la famille (2 MDH), l’Agence nationale pour le développement des zones oasiennes et de l’arganier (1 MDH), le Conseil provincial de Tiznit (1 MDH), la collectivité territoriale de Tiznit (500.000 DH) et la Fondation du Sud pour le développement et la solidarité (500.000 DH). L’Entraide nationale en tant que partenaire consacrera une subvention annuelle pour la gestion de ces établissements de protection sociale.

Mutuelle des artistes : Les pouvoirs du CA confiés à quatre administrateurs provisoires

Les pouvoirs dévolus au conseil d’administration (CA) de la Mutuelle nationale des artistes (MNA) seront confiés à quatre administrateurs provisoires, conformément à la décision conjointe du ministre du travail et de l’insertion professionnelle et du ministre de l’économie, des finances et de la réforme de l’administration en date du 14 janvier 2021. Selon un communiqué du ministère du travail et de l’insertion professionnelle adressé notamment à l’ensemble des adhérents, aux membres du CA, aux délégués et aux usagers, il a été décidé d’attribuer les pouvoirs du conseil d’administration de la Mutuelle à quatre administrateurs provisoires, chacun en ce qui le concerne, pour l’organisation de nouvelles élections dans un délai de trois mois. Les administrateurs provisoires sont aussi chargés de veiller au fonctionnement normal de la Mutuelle jusqu’à l’installation de nouvelles instances de gestion, tout en assurant la pérennité des prestations aux adhérents et leurs ayants droit. Cette décision a été prise conformément aux dispositions de l’article 26 du Dahir N° 1.57.187 du 24 Joumada II 1383 (12 novembre 1963) portant statut de la mutualité et compte tenu «des graves dysfonctionnements enregistrés dans la gestion de la MNA en raison du non-respect des dispositions du Dahir susmentionné et du statut de la mutuelle», précise-t-on de même source.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *