Pour des prestations médicales de qualité

Lundi dernier, le Centre Hospitalier Ibn Rochd de Casablanca a tenu son conseil d’administration. Lors de cette réunion, il a été procédé à l’examen du plan d’action du CHU qui insiste notamment sur l’amélioration de la prise en charge des malades, la mise à niveau des équipements ainsi que l’humanisation et la promotion de la qualité des prestations de soins.
Pour ce qui est de la première action, le CHU compte continuer, avec l’aide du ministère de tutelle, la mise à niveau des équipements des plateaux techniques des différentes formations, d’accorder la priorité à la prise en charge des urgences médico-chirurgicales dans le cadre de l’élaboration de son budget 2003, et aux dépenses destinées aux soins et diagnostics. Dans ce cadre, il est prévu de renouveler une partie du matériel de couchage au niveau de certains services hospitaliers.
En ce qui concerne la promotion de la qualité des prestations de soins, le centre prévoit la mise en oeuvre d’un programme de formation en faveur du personnel chargé de l’accueil, du triage et des admissions des malades, ainsi que la mise en place d’un système d’assurance-qualité des prestations de soins.
Pour le volet de l’hygiène hospitalière et du respect de l’environnement, le CHU s’engage, dans le cadre du contrat-plan signé entre l’Etat et le CHU le 22 novembre dernier, à mettre en place, durant l’année 2003, d’un schéma-directeur relatif à l’hygiène hospitalière en concertation avec le ministère de la Santé et des partenaires concernés. Le centre compte également contribuer à la protection de l’environnement notamment par le ramassage, l’évacuation et la destruction des déchets médicaux et organiques susceptibles de représenter un danger pour la santé de la population.
Lors de la réunion, le ministre de la Santé, Mohamed Cheikh Biadillah, dans une allocution prononcée en son nom par le secrétaire général du ministère, a insisté sur l’appui et le soutien du ministère aux efforts déployés par les centres hospitaliers universitaires dans le sens du développement de la stratégie sectorielle de la santé au Maroc.
Et de souligner l’importance de la région dans la politique de décentralisation et de déconcentration prônée par le Maroc, et la nécessité d’imprimer une véritable inflexion, « en redressant les déséquilibres régionaux et en agissant à proximité des populations».
A cette occasion, le ministre a souligné avec satisfaction la création de deux centres hospitaliers universitaires, CHU Mohammed VI de Marrakech et CHU Hassan II à Fès, dont l’activité ne manquera pas de se répercuter positivement sur celles du CHU Ibn Sina et du CHU Ibn Rochd, et qui ont nécessité la mobilisation d’importants moyens humains et financiers.
Pour sa part, le directeur du Centre, Mohamed El Andalousi, a mis l’accent sur les objectifs assignés à cette institution dans le cadre du contrat-plan signé avec le gouvernement pour accroître l’efficacité de son intervention durant les deux prochaines années. Et de rappeler les engagements de l’Etat à soutenir le Centre pour lui permettre d’assurer des prestations de qualité et mener à bien ses missions d’enseignement, de formation et de recherche.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *