Première du genre au niveau national : Inauguration à Marrakech d’une classe d’oralisation pour développer la communication des enfants sourds

Première du genre au niveau national : Inauguration à Marrakech d’une classe d’oralisation  pour développer la communication des enfants sourds

Une classe d’oralisation dédiée à développer la communication orale des enfants sourds, de manière à leur permettre de poursuivre leurs études et à mettre en avant leurs capacités créatives et cognitives, a été inaugurée samedi à Marrakech et ce, en marge de la Convention nationale de Lions Clubs International, District 416- Maroc.


La réalisation de cette structure au sein de l’école primaire Azzaytoune relevant de la Direction provinciale de l’éducation nationale de Marrakech, est le fruit d’un partenariat entre le ministère de l’éducation nationale, la Fondation Lalla Asmae, et Lions Club International, District 416 Maroc.
Cette classe d’oralisation, la première du genre au niveau national, bénéficiera à quelque 17 élèves, qui pourront ainsi développer leurs savoir-faire dans la communication, la concentration, l’écoute et l’autonomie, en plus d’autres compétences de nature à permettre l’insertion de cette frange dans la société.
Par la même occasion, il a été procédé à la remise d’un minibus acquis dans le cadre de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) afin de contribuer à assurer le transport à ces enfants de leurs lieux de résidence vers l’établissement scolaire.

Approché par la MAP, le directeur de la Fondation Lalla Asmae pour enfants et jeunes sourds, El Houssaïne Hsini, a relevé que ce partenariat entre le ministère de l’éducation nationale, la Fondation Lalla Asmae et Lions Club International, District 416 Maroc, a ouvert la voie pour la création de classes dans les écoles publiques pour accueillir les enfants ayant bénéficié d’implants cochléaires.

Ces classes permettront à ces enfants de poursuivre leur scolarité dans de meilleures conditions et de bénéficier d’un encadrement par des éducateurs et éducatrices spécialisés et de bénéficier également d’un suivi par des orthophonistes et des psychomotriciens, a-t-il expliqué.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *