Production scientifique mondiale sur le Covid-19 : Le Maroc s’en sort bien

Production scientifique mondiale sur le Covid-19 : Le Maroc s’en sort bien

Le Royaume bien positionné parmi les pays arabes et africains

Au niveau du Web of Science (WOS), le Maroc, avec 4 publications scientifiques, se classe au troisième rang africain derrière l’Afrique du Sud (13) et l’Egypte (5).

Le Centre national pour la recherche scientifique (CNRST), à travers son Institut marocain de l’information scientifique et technique (IMIST), a réalisé une étude bibliométrique sur la production scientifique mondiale autour de la pandémie du Covid-19.

Le Maroc qui participe à la production scientifique mondiale parvient à bien se positionner parmi les pays arabes et africains. Au niveau du Web of Science (WOS), le Maroc, avec 4 publications scientifiques, se classe au troisième rang africain derrière l’Afrique du Sud (13) et l’Egypte (5). Le Maroc arrive également à la troisième position parmi les pays arabes derrière l’Arabie Saoudite (18 publications) et l’Egypte.

Le Royaume devance des pays comme le Qatar (3 publications), les Emirats Arabes Unis (2 publications), l’Irak et la Jordanie (une publication). Sans grande surprise, au premier rang en termes de volume, la Chine participe à près de 7% du corpus mondial, avec 434 publications. Les Américains arrivent en deuxième position (242 publications), suivis des Anglais (119), des Italiens (92), des Allemands (57), des Canadiens (50), des Iraniens (49) et des Indiens (47). Signalons que depuis janvier 2020, il a été recensé plus de 6.024 publications dans le Web of Science (WOS). Au niveau de Scopus, le nombre de publications est de l’ordre de 3.327, tandis qu’au niveau de PubMed, ce nombre dépasse les 6.500 publications.

Publications au niveau de Scopus

Au niveau de Scopus, le Maroc occupe le quatrième rang parmi les pays arabes et africains. A noter que parmi les pays arabes, le Maroc se place au 4ème rang avec 4 publications. Trois des publications marocaines sur le Covid-19, indexées sur Scopus, ont été réalisées par des universités marocaines (Université Sultan Moulay Slimane, Université Mohammed V de Rabat et l’Université Cadi Ayyad de Marrakech) sans aucune collaboration étrangère. La publication de l’Université Mohammed V a d’ailleurs été publiée dans la revue «The Lancet Oncology».

Ainsi, parmi les pays arabes, l’Arabie Saoudite est en tête du classement avec 37 documents, suivie de l’Egypte (13) et des Émirats Arabes Unis (7). Au niveau africain, le Maroc se trouve 4ème au classement, ex aequo avec le Sénégal, le Mali, l’Ethiopie et le Congo. C’est l’Afrique du Sud qui publie le plus de documents sur le Covid-19 (32 documents). L’Egypte est, encore une fois, 2ème du classement, suivie de la Tanzanie, du Nigeria et du Ghana ayant chacun 5 publications. Comme pour la base de données WOS, sur Scopus, les pays qui ont une tradition de recherche se mettent tous à contribution sur cette thématique mondiale du Covid-19. On voit clairement que la Chine, premier foyer du virus, est la première de la liste.

Elle compte le plus grand nombre de publications (1.095, 33% du corpus), suivie des Etats-Unis avec 614 publications (18%), de la Grande-Bretagne (317), de l’Italie (300), de l’Inde (129) et de la France (123). Les deux bases de référence (WOS et Scopus) s’accordent sur le fait que les publications augmentent de façon croissante, pareillement à la propagation du Covid-19. Ceci démontre la mobilisation de la sphère scientifique pour trouver des réponses aux questions, d’ordres divers, qui gravitent autour du Covid-19.

Les moyens, humains et financiers, mis en œuvre par l’Etat marocain pour soutenir les chercheurs et praticiens dans leur lutte contre ce virus sont de nature à stimuler la productivité nationale en termes de recherche & développement.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *