Résine de cannabis: La «beu» locale de plus en plus nocive

Résine de cannabis: La «beu» locale de plus en plus nocive

L’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT) vient de publier un rapport alarmant sur les drogues.

Si les indicateurs relatifs à l’héroïne ont baissé, les stimulants, les drogues de synthèse, le cannabis et les produits pharmaceutiques gagnent en importance en Europe. Le cannabis reste la drogue la plus consommée en Europe avec quelque 2.000 tonnes en 2013. Le document rappelle que la majeure partie de la résine de cannabis est importée du
Maroc par bateau ou par avion.

Mais ce qui attire l’attention dans ce rapport c’est que le haschich marocain est de plus en plus dangereux en raison de la teneur  en THC (tétrahydrocannabinol) qui a quasiment doublé. «Les tendances globales à l’échelon européen indiquent une hausse du prix de détail, mais aussi de la teneur en principe actif  (tétrahydrocannabinol, THC) pour l’herbe comme pour la résine de cannabis entre 2006 et 2012.

Le taux de THC des deux formes de cannabis a augmenté depuis 2006, sachant que, dans le cas de la résine, une bonne part de cette augmentation s’est opérée entre 2011 et 2012», indique le rapport. L’OEDT signale que des situations d’urgence aiguë peuvent survenir suite à la consommation  du cannabis fortement dosé en THC.

En effet, la hausse de cette substance qu’est le THC comporte plusieurs risques : problèmes cérébraux, cardio-vasculaires, infarctus et, sur le plan psychologique, risque de dépression, de décompensation schizophrénique… Les consommateurs de haschich sont dans la majorité des jeunes.

L’OEDT estime  à 14,6 millions le nombre de jeunes européens de 15 à 34 ans (11,2% de cette tranche d’âge) qui ont consommé du cannabis  en 2013  dont 8,5 millions de jeunes entre 15 et 24 ans (13,9%).

Par ailleurs, le document relève que  le nombre de saisies d’herbe de cannabis a dépassé celui de la résine et représente  près des deux tiers des saisies totales de cannabis. Selon l’OEDT, cette évolution reflète la disponibilité croissante de l’herbe de cannabis produite localement dans de nombreux pays.

Cela dit, la quantité de résine de cannabis saisie dans l’UE, bien qu’en régression ces dernières années, demeure supérieure à la quantité déclarée d’herbe de cannabis saisie: 457 tonnes contre 105 tonnes en 2012.

L’observatoire européen explique cette situation par le fait que «la résine de cannabis est plus facilement transportable en grosse quantité sur de plus longues distances et à travers les frontières, et est donc plus susceptible d’être interceptée».

Le cannabis de synthèse gagne du terrain

Les nouvelles drogues de synthèse font une entrée fracassante sur le marché européen. Le rapport de l’OEDT relève l’émergence de cannabinoïdes de synthèse, substances chimiques imitant les effets du cannabis. La plupart de ces poudres synthétiques seraient fabriquées en Chine, puis acheminées en vrac par l’intermédiaire de réseaux de transport et de distribution légitimes bien établis. Une fois dans l’Union européenne, ces substances chimiques sont généralement mélangées à des plantes ou pulvérisées sur celles-ci et conditionnées comme legal highs ou «euphorisants légaux» pour être vendues sur Internet ou par l’intermédiaire d’autres détaillants. Au premier semestre 2013, 18 pays ont fait état de plus de 1.800 saisies de cannabinoïdes de synthèse. Les plus grosses saisies ont été déclarées par l’Espagne (20 kg) et la Finlande (7 kg).

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *