Société

Sous le signe de la moralisation

La campagne de communication nationale pour la promotion des valeurs à la base de la moralisation de la vie publique sera finalement lancée lundi 8 avril.
Initialement prévue pour le 10 février, la campagne ne débutera donc que lundi prochain et se prolongera pendant une dizaine de semaines. Placée sous le haut patronage de S.M. le Roi Mohammed VI, la campagne organisée par la commission nationale de moralisation de la vie publique, vise à sensibiliser les citoyens, à travers des exemples tirés de la réalité nationale, sur les conséquences des différents phénomènes de manquement à l’éthique et les mobiliser autour de thèmes comme le civisme, la transparence, le respect d’autrui, la suprématie du droit, l’égalité des chances, l’intégrité, le bon usage des ressources nationales et leur protection.
Des spots télévisés et des annonces-presse marqueront la première phase de la campagne, placée sous le signe de la sensibilisation. Ils aborderont les thèmes retenus pour la campagne à partir d’histoires vécues et de faits tirés de la vie quotidienne des citoyens. La 2-ème phase dite de preuves, devra traiter des mêmes thèmes mais cette fois ci sous forme de synthèse et de rappel des dispositions du droit qui protègent les citoyens contre tout abus.
Les organisateurs projettent également d’éditer, parallèlement à la campagne médiatique, une plaquette d’information présentant la somme des actions de l’Etat en matière de moralisation de la vie publique aussi bien dans l’administration que dans les entreprises et la société. Le partenariat avec les administrations, le secteur privé et la société civile donnera lieu à des tables rondes et des journées portes ouvertes au niveau de certains organismes publics. La campagne a été conçue et réalisée grâce au concours financier de plusieurs organismes publics et privés et la participation bénévole d’agences marocaines de communication et à l’engagement des médias nationaux, note un communiqué des organisateurs.
L’idée de base, avait-on annoncé lors de la présentation des axes de la campagne aux représentants des médias, est de provoquer «un choc positif», à travers la relation de cas précis, d’histoires vécues, où le manque de civisme, la corruption et d’autres maux, ont bouleversé la vie de citoyens. Une sorte de «traitement journalistique» destiné à faire réfléchir les citoyens sur la portée tragique de gestes qu’ils ont fini par banaliser.

Articles similaires

SociétéUne

Le centre de l’éducation de la femme et de l’enfant honore ses formatrices

Le centre de l’éducation de la femme et de l’enfant mène à...

SociétéUne

Comment le Maroc peut réduire sa dépendance énergétique

La vision stratégique et la diversification sont essentielles pour réduire la dépendance...

SociétéUne

Plus de 18.000 étudiants au Forum de l’orientation scolaire, professionnelle et universitaire

Une porte ouverte sur des horizons nouveaux à Beni Mellal  

SociétéUne

Les accidents impliquant les deux-roues font 1.400 morts annuellement

Le Maroc a célébré, dimanche 18 février, la journée nationale de sécurité...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus