Trafic de psychotropes au Maroc : Guerre totale contre le karkoubi

Trafic de psychotropes au Maroc : Guerre totale contre le karkoubi

De la mi-avril 2013 à la fin mai 2014, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a saisi 458.176 comprimés qui ce qui est l’équivalent de 23 MDH. Les affaires enregistrées  sur l’ensemble du territoire marocain ont atteint 1.948 dossiers. Ce qui a conduit à l’arrestation de pas moins de 2.433 personnes.  

Pour la DGSN, la provenance de ces drogues est en majorité de l’Est du Maroc. : «90% des quantités saisies parviennent des frontières de l’Est du pays». Avec 288.850 comprimés saisis, Rabat est la ville la plus touchée. Casablanca vient en deuxième place, avec 97.818 unités saisies. Mais, c’est dans la capitale économique que la police a interpelé le plus de suspects, avec  757 personnes.

Dans la région de l’Oriental, c’est Oujda qui occupe le haut du pavé avec 13.960 pilules saisies. Dans le Nord, Tanger est bien placée avec  125 d’affaires traitées, et 8.112 comprimés interceptés. On compte aussi la ville de Kénitra où la police a saisi 8.039 unités et traité une centaine d’affaires. D’autres villes du pays sont touchées, comme El Jadida (5.040 comprimés) ou encore Tétouan (3.374 unités).  

Pour la police nationale, le trafic des psychotropes implique d’autres crimes. En effet, selon la DGSN « 80% des affaires d’agression sont liées à la consommation des psychotropes, qui se traduisent notamment par des actes de violence». Des crimes crapuleux ont défrayé la chroniques, tous ou presque commis sous l’emprise des psychotropes. C’est là un fléau social de grande importance face auquel les autorités marocaines sont déterminées à ne rien lâcher.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *