Société

Un écolier assassiné par une vagabonde

Oussama est un enfant âgé d’à peine neuf ans. C’est un écolier qui suit ses études dans l’établissement de son quartier. Ses vacances scolaires, il les passe souvent chez son oncle à Rabat. Il adore jouer avec ses cousins qui le considèrent comme leur frère. Et à chaque fois qu’il est en vacances, il se rend automatiquement à Rabat. Il y a eu des fois où ses parents partaient pour d’autres destinations, mais, pour Oussama, les vacances, c’est Rabat. Il est gâté par tous les membres de sa famille et même par les enfants du quartier qui se comportent à son égard comme s’il était leur propre invité. Durant les dernières vacances scolaires, accompagné des membres de sa famille, Oussama prépare sa tenue de sport; s’était acheté un ballon de foot et le voilà entouré de ses cousins au quartier Lamharigue, commune de Yakoub El Mansour. Quelques jours après son arrivée, le petit Oussama décide de sortir tout seul pour faire un tour dans le quartier. Ce n’est pas la première fois qu’il quitte la maison sans qu’il soit accompagné; il le fait souvent et cela n’a jamais posé le moindre problème à ses parents. Oussama est devenu un enfant du quartier d’autant plus qu’il est tranquille, incapable de faire du mal. Bref, peu de temps après avoir quitté la maison, deux garçons se pointent chez son oncle et lui annoncent que son neveu était tombé dans le coma. En le transportant aux urgences, l’oncle pose sa main sur le bambin et se rend compte qu’il était atteint au niveau de la poitrine. L’enfant n’arrive pas à prononcer un seul mot, l’oncle regarde sa main et s’aperçoit qu’elle est tachée de sang. Il appuie à fond sur l’accélérateur mais, une fois devant la porte de l’hôpital, le petit coeur d’Oussama avait définitivement cessé de battre. Le père de l’enfant arrive et on lui apprend que son fils venait d’être victime d’un coup de couteau ayant causé sa mort. Qui a tué Oussama et pour quelle raison ? Pendant que le père se posait des questions sur le pourquoi et le comment du décès de son fils, une patrouille de la police le rejoint à l’hôpital et lui annonce qu’ils venaient d’arrêter l’auteur du crime qui a été dénoncé par un chauffeur de taxi. Khadija, une jeune fille âgée de 33 ans, sans domicile fixe et n’exerçant aucune fonction a avouée sa culpabilité. Khadija a perdu ses parents à l’age de 14 ans et, depuis, elle vit à la dérive, en marge de la société. La drogue et la prostitution étaient devenues le menu principal de sa vie quotidienne. Pire encore, elle a commencé à s’adonner à la colle et à sniffer. Elle a tué l’enfant parce qu’il l’avait traitée de vagabonde.

Articles similaires

SociétéUne

Casablanca se refait une beauté

Casablanca connaît en ce moment le lancement de plusieurs projets. L’un des...

Société

Réseau autoroutier : ADM appelle à plus de vigilance

À la veille de Aïd Al Adha, la Société Nationale des Autoroutes...

SociétéUne

Parmi sept villes dans le monde : Rabat fête la journée internationale des envois de fonds à la famille

Nathalie Fustier, coordonnatrice résidente des Nations Unies au Maroc, a plaidé pour...

SociétéUne

Le ministère de l’éducation nationale dresse son bilan 2023-2024

L’effectif total des élèves scolarisés dans le public et privé concernant les...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux