Un refuge pour les chiens et chats errants à Tanger dans le pipe

Un refuge pour les chiens et chats errants  à Tanger dans le pipe

Ces animaux continuent de présenter un danger pour les habitants

Tanger connaît une recrudescence du phénomène des chiens et chats errants que les représentants de la société civile et de simples tangérois ne cessent d’appeler les responsables d’intervenir pour la prise en charge de ces animaux abandonnés, qui continuent de présenter un danger pour les habitants et nuisent également à l’image de la métropole. C’est dans ce contexte que la ville est destinée à se doter d’un nouveau refuge pour les chiens et chats errants pour une enveloppe budgétaire globale de cinq millions de dirhams. Très attendue, la mise en place de cette future structure communale est le fruit d’un projet de convention, dont les dispositions viennent d’être approuvées lors des travaux de la première séance de la session ordinaire du conseil communal de Tanger présidée, jeudi 6 mai, par le maire Mohamed Bachir Abdellaoui.

Ce projet de convention, liant la commune au ministère de l’intérieur (à travers la direction générale des collectivités territoriales-DGCT) ainsi que d’autres partenaires concernés, dont des ONG œuvrant dans la défense des animaux, prévoit d’équiper le nouveau refuge d’un dispensaire pour animaux permettant aux chiens et chats de se faire stériliser, vacciner et soigner conformément aux normes internationales en vigueur. Une équipe de spécialistes de services vétérinaires et des acteurs associatifs (bénéficiant d’une expérience dans le domaine) auront pour mission de prendre en charge toutes les pathologies animales, dont les plus fréquentes chez les chiens et chats et à leur tête la rage.

Organisés au titre du mois de mai 2019, les travaux de cette assemblée ont été marqués par l’approbation de la plupart des points inscrits à l’ordre du jour de cette première séance. Parmi lesquels, figure le premier projet de convention de coopération entre les deux villes de Tanger et Mombasa au Kenya et le deuxième liant la ville du détroit à Veracruz au Mexique. Cette première séance a connu l’adoption d’un projet de convention pour la réhabilitation du réseau d’eau et d’assainissement liquide dans l’ancienne médina, dont les travaux de rénovation et de restauration (lancés il y a un an) vont bon train. Très dépendant du tourisme, qui est parmi les secteurs les plus impactés par la crise sanitaire et économique, les artisans et les bazaristes considèrent ces travaux de rénovation comme des préparatifs jouant en faveur de l’amélioration de l’attractivité touristique pour l’après la période difficile de la Covid.

Dans ce même contexte, les élus communaux ont procédé à l’approbation d’un projet de partenariat visant l’acquisition et la mise en place d’installations sanitaires publiques dans les principales rues de la ville. Il s’agit également de l’adoption d’une série de pétitions dont celles concernant la création d’un centre d’hébergement temporaire pour les femmes en situation difficile ainsi que l’aménagement d’un espace d’accueil pour les travailleuses domestiques et un autre de concertation autour de la question du handicap à Tanger.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *