Société

Un vaccin contre la méningite

Face à l’apparition en Afrique d’une nouvelle souche de la méningite, plus virulente et qui a déjà fait 1.500 morts au Burkina Faso, l’organisation mondiale de la santé (OMS), «médecins sans Frontières» (MSFf) et la croix-rouge ont souligné, jeudi, la nécessité de produire un vaccin «de toute urgence» et à «un prix abordable». Dans une rencontre avec la presse à Genève, le chef du département de la santé à la fédération internationale de la croix-rouge et du croissant-rouge, le Dr. Alvaro Bermejo a indiqué que la nouvelle souche de méningite apparue en Afrique et baptisée w-135, n’est pas incluse dans le vaccin communément employé à ce jour pour lutter contre les épidémies de méningite dans le continent.
Selon le Dr. Alvaro, la méningite risque ainsi de faire des milliers de victimes supplémentaires en Afrique si l’on ne distribue pas rapidement un vaccin à un prix acceptable. Actuellement, rappelle-t-il, un vaccin contre la nouvelle souche existe pour les voyageurs occidentaux, sur les marchés américains et européens, à un prix variant entre 5 et 50 dollars la dose. «Même à 5 dollars la dose, ça reste trop cher. Il nous faut, pour l’Afrique, un vaccin à moins d’un dollar la dose», a estimé le Dr. Alvaro. Le vaccin classique pour la méningite de type A et C, sans la souche w-135 coûte 25 centimes la dose.
L’OMS organise la semaine prochaine à Ouagadougou une réunion de coordination destinée à prévenir une explosion de nouveaux cas l’année prochaine. L’agence sanitaire internationale a entamé des discussions avec les deux principaux fabricants, l’un américain et l’autre européen. Il s’agit de trouver les moyens de financement pour produire cinq millions de doses de vaccin avec la souche w-135 à un prix nettement moins élevé.
Entre février et mai de cette année, plus de 12.000 personnes ont été infectées au Burkina Faso, dont 1.500 sont mortes. La méningite à méningocoque est une infection bactérienne qui attaque le système nerveux central. la mortalité est de l’ordre de 10 % en cas de traitement en temps opportun par des antibiotiques et de 50 % en l’absence de traitement.

Articles similaires

Société

Persistance des stéréotypes

Une conférence-débat sur «la représentation du handicap dans les contenus médiatiques» a...

Société

Ce que recommande l’IRES

L’institut royal des études stratégiques (IRES) a émis plusieurs propositions destinées à...

Société

Formation en compétences entrepreneuriales pour les étudiants

Faculté des lettres et des sciences humaines d’Aïn Chock

Société

La police de Beni Mellal célèbre le 68ème anniversaire de la DGSN et fait son bilan

Elle a concrétisé son ouverture sur son environnement extérieur

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus