Une convention pour faciliter l’accès des réfugiés aux soins médicaux

Une convention pour faciliter l’accès des réfugiés aux soins médicaux

Signée entre le Conseil national de l’Ordre des médecins et le HCR

Les réfugiés et les demandeurs d’asile au Maroc auront désormais la possibilité d’accéder aux soins de santé. C’est l’objet du partenariat conclu récemment entre le Conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM) et l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR). «Cette initiative s’inscrit en soutien à la Politique nationale d’immigration et d’Asile, initiée à la suite des Hautes instructions de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, en septembre 2013, et vise à favoriser l’accès des réfugiés et des demandeurs d’asile aux soins de santé. Elle s’inscrit aussi dans le cadre de la lutte du Royaume contre le Covid-19.

Le Conseil national de l’Ordre des médecins partage la noble mission d’apporter aux populations vulnérables, y compris les réfugiés, l’accès aux services médicaux», explique à ce sujet le HCR. A cet effet, le CNOM s’apprête à apporter son soutien aux populations de réfugiés et demandeurs d’asile en assurant des consultations dans les différentes spécialités médicales y compris dans le domaine de la psychologie par des médecins volontaires. Par ailleurs, le CNOM s’engage également à soutenir le HCR à établir des conventions avec les cliniques et laboratoires marocains, mais aussi à faire des dons de médicaments au bénéfice des réfugiés.

A propos de cette démarche, pour Dr Mohammadin Boubekri, président du CNOM, «cette action s’inscrit dans l’élan de solidarité que ce soit pendant les circonstances actuelles ou après». Pour sa part, Francois Reybet-Degat, le représentant du HCR au Maroc, indique que «la situation des demandeurs d’asile et des réfugiés, qui pour la plupart dépendent d’emplois journaliers dans le secteur informel, est aujourd’hui extrêmement précaire, la signature de cet accord de partenariat représente un acte très concret de solidarité dans l’esprit inclusif de la Stratégie nationale immigration et asile (SNIA)».

6.656 réfugiés et 3.100 demandeurs d’asile au 31 décembre 2019

Selon les derniers chiffres du Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR), le Maroc compte 9.756 réfugiés et demandeurs d’asile au 31 décembre 2019. Les réfugiés syriens arrivent toujours en tête. Leur nombre s’est chiffré à 3.676. S’agissant des autres nationalités, on notera que le Yémen arrive en seconde position avec 843 réfugiés. Viennent ensuite la République Centrafricaine (560), la Côte d’Ivoire (335), le Soudan du Sud (292), la République démocratique du Congo (172), le Cameroun (110), la Guinée (66), le Sénégal (82), le Nigeria (17) et autres (503).

En termes de densité de la population, la ville de Rabat compte le plus grand nombre de réfugiés avec un chiffre s’établissant à 1.151. Casablanca arrive en seconde position avec 782 réfugiés, suivie d’Oujda (591), Nador (420), Kénitra (393), Témara (385), Marrakech (313) et Meknès (312). Quant aux demandeurs d’asile, leur nombre s’est chiffré à 3.100. Selon la même source, la Guinée compte le plus grand nombre de demandeurs d’asile (732), suivie du Cameroun (687), la Côte d’Ivoire (457), le Nigeria (277), le Sénégal (164), la République démocratique du Congo (112) et la République Centrafricaine (30). Par ailleurs, le HCR au Maroc a enregistré 1.007 réfugiés ayant des besoins spécifiques au 31 décembre 2019. Parmi ces personnes figurent 373 victimes de violence sexuelle ou sexiste, 62 personnes âgées à risque, et 33 enfants dans des situations à risques.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *