Vaccination des 12-17 ans : 3 millions d’élèves concernés

Vaccination des 12-17 ans :  3 millions d’élèves  concernés

Dr Said Afif tient à rassurer les parents : Les vaccins contre le Covid-19 sont efficaces et ne présentent aucun risque

La vaccination des enfants des 12-17 ans démarre ce mardi 31 août. Selon Dr Said Afif, membre du Comité scientifique de la vaccination anti-Covid, 3 millions d’enfants de cette catégorie d’âge sont concernés par la vaccination. Il faut préciser qu’il s’agit des élèves de l’enseignement public et privé et des missions étrangères. Pour le bon déroulement de cette opération, Dr Afif rappelle qu’une réunion rassemblant le Comité scientifique anti-Covid et le Comité scientifique et technique de vaccination s’est tenue jeudi dernier. Les deux comités étaient réunis sous la présidence du ministre de la santé, du ministre de l’éducation nationale et en présence d’un représentant du ministère de l’intérieur et d’un représentant du chef de gouvernement. Suite à cette réunion, plusieurs décisions ont été adoptées. A commencer par la pertinence de la vaccination des enfants pour les protéger. «En raison du variant Delta, plusieurs enfants au Maroc ont été admis en réanimation. Des cas de décès ont été enregistrés. Ce qui n’était pas le cas avec l’ancienne souche», déplore Dr Afif.

Dans une vidéo partagée récemment sur les réseaux sociaux, le chef de gouvernement, Saad Dine El Otmani, a révélé que 19 enfants touchés par le Covid sont morts depuis le début de la pandémie dont 8 durant le mois d’août. Autre chiffre alarmant : 256 enfants ont été admis en réanimation depuis le début de la propagation du virus dont 117 au cours du mois d’août.
A l’instar du chef de gouvernement, les experts appellent les parents d’élèves à faire vacciner leurs enfants pour les protéger et empêcher leur entourage d’être contaminé.
La vaccination leur permettra d’éviter les formes graves et les risques d’hospitalisation. «Le véritable danger est que les enfants infectés présentent majoritairement des formes asymptomatiques ou peu graves et ils peuvent très vite contaminer leur entourage familial», indique Dr Afif.

Les vaccins sont sûrs et efficaces

Le comité considère la vaccination des 12-17 ans un pas important pour accélérer la réalisation de l’immunité collective avec l’adoption des vaccins Sinopharm et Pfizer dont l’expérience à l’international a démontré l’efficacité chez cette tranche d’âge. Dr Afif tient à rassurer les parents en signalant que les vaccins contre le Covid-19 sont sûrs et efficaces «Ces deux vaccins sont bien tolérés et sont efficaces. Les effets secondaires sont les mêmes que ceux observés chez l’adulte. Des effets indésirables légers se résorbent rapidement après l’administration du vaccin», précise-t-il tout en soulignant que le vaccin Pfizer a fait ses preuves dans plusieurs pays. Il a été utilisé chez des millions d’enfants dans le monde notamment en Angleterre, aux Etats-Unis, en France, au Canada… Ainsi, après l’injection, l’enfant peut ressentir une rougeur, un gonflement ou une douleur sur le bras qui disparaissent très rapidement.

D’ailleurs un plan de pharmacovigilance a été élaboré afin de permettre un suivi rigoureux des enfants vaccinés. Il faut rappeler que la vaccination des adolescents n’est pas obligatoire, mais elle doit être volontaire et conditionnée à l’approbation des parents. Une autorisation de vaccination doit être signée par les parents ou les tuteurs de l’enfant qui ont le choix entre les deux vaccins Pfizer et Sinopharm. L’identification des enfants se fera par le Code Massar pour tous ceux qui sont scolarisés dans l’enseignement public ou l’enseignement privé. Les lycées qui accueilleront les centres de vaccination pour les 12-17 ans seront annoncés ultérieurement sur le portail officiel du ministère www.men.gov.ma, les sites électroniques des Académies régionales de l’éducation et de la formation ainsi que sur les pages officielles du ministère sur les réseaux sociaux.

Lundi, plusieurs Académies régionales de l’éducation et de la formation ont mis en ligne la liste des établissements dédiés à la vaccination. La vaccination des enfants permettra un retour à l’école en présentiel et évitera l’impact négatif du confinement sur la vie sociale et la santé mentale des enfants.

Un nouveau variant baptisé C.1.2 inquiète les scientifiques

Un nouveau variant du SARS-COV-2, le C.1.2 détecté en Afrique du Sud pour la première fois et dans un certain nombre d’autres pays inquiète les scientifiques. Selon une pré-publication de l’Institut national sud-africain des maladies transmissibles et de la plate-forme d’innovation et de séquençage de la recherche KwaZulu-Natal, le variant C.1.2 mute deux fois plus rapidement que le taux moyen de tous les autres variants observés à ce jour. Observé au mois de mai en Afrique du Sud, il a depuis été retrouvé en Chine, en République Démocratique du Congo, à l’île Maurice, en Nouvelle-Zélande, mais aussi en Europe, comme en Angleterre, au Portugal et en Suisse. Aujourd’hui, il se trouve plus éloigné de la souche originelle SARS Cov-2 que tous les autres variants observés jusqu’alors dans le monde. L’autre inquiétude majeure est son taux de mutation, qui s’élève à 41,8 mutations par an et qui est quasiment deux fois plus rapide que celui des autres variants. Une vitesse de mutation équivalente à celle-ci a déjà été constatée sur une courte période chez des souches particulièrement virulentes, comme l’Alpha, le Beta ou le Gamma, expliquent les auteurs.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *