Vaccination des femmes enceintes : Le ministère de la santé met les bouchées doubles

Vaccination des femmes enceintes : Le ministère de la santé met les bouchées doubles

Cinq cas de décès des suites du Covid ont été recensés ces derniers jours

Les femmes enceintes sont particulièrement vulnérables à la COVID-19. Au Maroc, comme à l’étranger, bon nombre d’entre elles préfèrent se faire vacciner après l’accouchement pour ne prendre aucun risque pour le bébé. Or, en agissant de la sorte, elles mettent leur santé et celle du bébé en danger. Celles présentant des comorbidités (surpoids, hypertension, diabète…) risquent davantage de développer une forme sévère de la Covid au cours de leur grossesse voire même de décéder. «Ces derniers jours, il y a eu 5 femmes enceintes décédées des suites du Coronavirus au Maroc. Celles-ci n’étaient malheureusement pas vaccinées», indique une source autorisée. Aucun autre détail n’a été communiqué. Nous ne savons pas si ces femmes avaient des antécédents.

Ce que l’on peut confirmer c’est que les femmes enceintes sont plus exposées à une forme sévère de Covid-19. En effet, selon notre source, elles encourent un risque plus élevé d’hospitalisation, d’admission en réanimation, voire de décès. Le ministère de la santé mise sur la sensibilisation pour inciter les femmes enceintes à se faire vacciner. «Le ministère de tutelle prépare actuellement des capsules de sensibilisation pour pousser les femmes enceintes et les femmes allaitantes à la vaccination», indique notre source. Aujourd’hui, les données scientifiques indiquent qu’être enceinte ne représente pas un risque dans le cadre d’une vaccination. D’ailleurs, une étude américaine publiée en avril 2021, basée sur les remontées de 35.000 personnes enceintes vaccinées (23% au premier trimestre, 43 % au second, 15% au troisième) avec un vaccin à ARN messager, en arrivait à la conclusion qu’il n’y a aucun signal inquiétant dans les effets secondaires.

Au Maroc, les femmes enceintes sont autorisées à se faire vacciner contre le Covid dès qu’elles auront bouclé leur troisième mois de grossesse. Nouveaux arrivages de vaccins cette semaine Le Maroc va recevoir cette semaine deux nouveaux arrivages du vaccin Sinopharm. «Le premier arrivage de 1 million de doses du vaccin Sinopharm est prévu le vendredi 6 août. Le second arrivage qui concerne 2 millions de doses du vaccin chinois est attendu le dimanche 8 août», apprend-on de sources sûres. Ces nouvelles livraisons vont ainsi permettre de maintenir une cadence élevée de vaccination. Rappelons que le mardi 3 août 2021, le Maroc a reçu une livraison de 1 million de doses de Sinopharm. Par ailleurs, dans l’objectif d’accélérer la campagne nationale de vaccination, le ministère de la santé a lancé, mercredi, dans la province de Nouaceur, le premier centre de vaccination numérique et intégré au Maroc.

Situé dans le quartier Errahma sur une superficie de 2.200 m2, ce vaccinodrome numérique permettra de vacciner 3.000 à 4.000 personnes par jour. Ce centre permettra la digitalisation de l’ensemble du processus de vaccination à travers un système QR code qui permet la traçabilité des citoyens tout au long du circuit de vaccination, de l’enregistrement, en passant par le dépistage et le suivi du rythme du processus de vaccination au quotidien. Ces données permettront une analyse du nombre de patients dépistés, vaccinés et traités, ainsi que la durée de chaque opération. Mise à jour du protocole thérapeutique national Le ministre de la Santé, Khalid Aït Taleb, a adressé le mercredi 4 août 2021, une circulaire, aux directeurs régionaux de la santé et aux directeurs des CHU, concernant la mise à jour du protocole thérapeutique national de prise en charge des cas Covid. Le 2 août, le ministre avait, à travers une circulaire, appelé les cliniciens au strict respect du protocole thérapeutique tel que validé par le comité scientifique et technique. Cette mise à jour intervient dans un contexte de dégradation de la situation sanitaire dans le pays avec une accélération rapide de la propagation du Covid avec des records jamais atteints en termes de nouvelles contaminations dans la majorité des régions.

A travers ladite circulaire, le ministère souhaite améliorer la qualité de prise en charge des malades. En analysant la fiche technique du protocole thérapeutique, on constate que certains changements ont été apportés. Ainsi, pour les patients stables (ne nécessitant pas d’oxygène et en dehors de toutes complications), le changement majeur concerne la posologie de l’Hydroxychloroquine qui a été réduite à 200 mg 2 fois par jour. Alors qu’auparavant, Hydroxychloroquine était administré 3 fois par jour après les repas avec un espace de 6 à 8 heures entre chaque prise. Autre changement à relever : l’ECG et le bilan biologique ne sont plus recommandés au début du traitement

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *