Variant Delta : Pourquoi il faut s’inquiéter

Variant Delta : Pourquoi il faut s’inquiéter

Plus contagieux et plus résistant, il touche davantage les jeunes

Les vaccins sont un peu moins performants contre le variant Delta que contre le variant Alpha et la souche historique. Cela dit, ces vaccins protègent contre les formes graves.

Le variant Delta continue de se propager dans le monde. Ce nouveau variant détecté pour la première fois en Inde est désormais présent dans 85 pays, selon l’OMS. Les autorités sanitaires s’inquiètent de son expansion rapide . Dans plusieurs pays, notamment au Royaume-Uni, en Russie, en Australie, au bangladesh, en Afrique du Sud…, ce variant est à l’origine d’une flambée des cas de contamination. Ce variant pourrait provoquer, selon les spécialistes, un rebond à large échelle dès cet été si rien n’est fait pour le contrer précocement.

Au Maroc, des cas de variant indien ont été détectés mais le ministère de la santé n’a toujours pas publié de communiqué sur le nombre de contaminations. Rappelons que le ministère avait annoncé que deux cas avaient été découverts à Casablanca le 3 mai. Depuis, c’est le silence radio. Selon Dr Said Afif, membre du Comité national technique de vaccination, ce variant est inquiétant car il présente une transmissibilité accrue. «Le variant indien serait 40 à 60% plus contagieux que le variant britannique, qui est déjà lui-même beaucoup plus contagieux que la souche historique du Sar-CoV-2». Il est non seulement plus transmissible mais également plus résistant. Il aurait une meilleure capacité à se fixer aux cellules des poumons et serait plus résistant aux anticorps monoclonaux utilisés pour combattre le virus.

A noter que ces symptômes sont semblables à un mauvais rhume. Le premier symptôme est le mal de tête suivi par le mal de gorge, l’écoulement nasal et la fièvre. Contrairement à la forme classique dela Covid, la toux n’apparaît pas comme un symptôme principal, de même que la perte du goût et de l’odorat. En effet, c’est le 5e symptôme notifié via l’application. Quant à l’agueusie et l’anosmie, elles ne figurent même pas dans le top 10. Quant à l’efficacité des vaccins anti-Covid sur le variant indien, le Dr Afif signale que les vaccins sont un peu moins performants contre le variant Delta que contre le variant Alpha et la souche historique. Cela dit, ces vaccins protègent contre les formes graves. «Il faut savoir que les personnes vaccinées peuvent être contaminés mais sans forme grave et ce dans 90% des cas. Quand on est vacciné, on est ainsi mieux protégé», précise t-il.

Le principal danger est qu’il circule largement pendant l’été, en particulier chez les jeunes qui ne sont pas vaccinés. «Ce variant indien peut entraîner des cas graves voire des décès parmi la population jeune qui malheureusement n’a pas encore été vaccinée», indique Dr Afif. Pour lutter contre sa propagation et contenir le risque d’une nouvelle vague, la seule arme efficace reste la vaccination. Pour éviter un rebond de l’épidémie, il faudrait donc multiplier les injections pour atteindre les plus jeunes. Mais pour cela, le Maroc doit recevoir suffisamment de vaccins pour être en mesure de vacciner cette catégorie de la population. Tous les scientifiques l’affirment, nous nous trouvons actuellement dans une course effrénée entre la vaccination et les variants.

L’objectif majeur aujourd’hui étant de vacciner le plus de monde possible, afin d’atteindre l’immunité collective, soit 80% de la population vaccinée. Pour éviter une reprise épidémique, le Dr Afif insiste à nouveau sur le respect des mesures barrières et la vaccination. Ce sont les deux solutions qui existent pour freiner la propagation du virus.

Rappelons que suite au relâchement des mesures sanitaires constaté ces derniers jours, le ministère de la santé avait tiré la sonnette d’alarme en rappelant qu’une baisse de vigilance risque d’aggraver la situation épidémiologique du pays, notamment avec les vacances d’été, la reprise des vols internationaux de et vers le Maroc, la levée progressive du couvre-feu nocturne et l’approche de l’Aïd Al Adha. Le département de la santé avait appelé l’ensemble des citoyens à une application rigoureuse des mesures préventives et au strict respect des mesures de protection contre la Covid-19.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *