Variant Omicron : Aucun cas détecté pour l’instant

Variant Omicron : Aucun cas détecté pour l’instant

Son arrivée au Maroc n’est qu’une question de temps, alerte Pr Afif

Alors que le variant Omicron se propage en Europe, son arrivée au Maroc n’est qu’une question de temps, selon le Dr Said Afif, membre du Comité scientifique de vaccination anti-Covid. «Pour l’instant, il n’y a aucun cas détecté au Maroc. Deux cas suspects, des passagers en provenance du Mozambique ont été testés négatifs à deux reprises. Cela dit, le Maroc n’est pas à l’abri. Les autorités font tout leur possible pour retarder l’arrivée de ce nouveau variant. Pendant ce temps, nous devons accélérer la vaccination qui est actuellement au point mort dans notre pays», indique le Dr Afif.

Le membre du Comité scientifique précise que ce nouveau variant se démarque par sa propagation très rapide. L’OMS a jugé dans une note technique le lundi 29 novembre que le risque lié au variant Omicron B1.1.529 était «très élevé» et qu’il est probable qu’il se répande rapidement, qu’il remplace les nouvelles précédentes souches. Il est important de rappeler qu’Omicron est le 5ème variant qui a été jugé préoccupant par l’OMS après Alpha, Bêta, Gamma, Delta. Pour l’instant, le monde scientifique ignore si l’infection par Omicron entraîne une forme plus grave que celles des autres variants. Les données préliminaires montrent une hausse des hospitalisations en Afrique du Sud, mais cela ne veut rien dire car cela pourrait être dû à l’augmentation du nombre total des personnes infectées. L’OMS et ses partenaires travaillent actuellement pour en savoir plus sur l’impact potentiel du nouveau variant sur les vaccins.

4,5 millions de non vaccinés

Pour lutter contre ce nouveau variant qui sème l’inquiétude partout dans le monde, le Dr Afif insiste à nouveau sur le respect des mesures barrières et la vaccination. «Les mesures barrières sont primordiales plus particulièrement durant la saison hivernale étant donné que l’arrivée de l’hiver est propice à une hausse de la circulation du virus. En hiver, on vit beaucoup plus à l’intérieur et on oublie le port du masque et la distanciation physique. On a aussi tendance à moins aérer les pièces. Et par conséquent, la contamination devient plus facile». Alors que les pays d’Europe accélèrent la vaccination, celle-ci est en chute libre au Maroc. «Nous assistons à une nette diminution de la vaccination. Le samedi, seulement 500 personnes ont été vaccinées sur tout le territoire national et 122 le dimanche. Ce qui est très grave», déplore-t-il. Ce dernier fait remarquer qu’ «en France à titre d’exemple, 1 million de personnes ont pris rendez-vous samedi dernier pour se faire vacciner. Ces personnes sont conscientes de la dangerosité du nouveau variant» tout en relevant que «les autorités ont pris la décision de fermer les frontières durant deux semaines, c’est une décision difficile et lourde de conséquences qui a été prise pour préserver la santé des citoyens. En contrepartie, les citoyens doivent prendre conscience qu’il faut aller se faire vacciner le plus vite possible. Le vaccin est gratuit, disponible. Nous avons actuellement plus de 13 millions de doses en réserve».

Le Dr Afif signale que 24.400.000 personnes ont reçu la 1ère dose et 22.680.000 la 2ème dose. Il reste encore 4,5 millions de personnes à vacciner. «Les élèves de 12 à 17 ans ont donné une bonne leçon de citoyenneté puisque le taux de vaccination des élèves est de 90%. Au total, 2.590.000 élèves ont été vaccinés. Ces élèves ont participé à l’immunité collective. Je tiens à remercier les élèves et leurs parents pour ce geste citoyen». En revanche, seulement 1.640.000 personnes ont reçu la 3ème dose. Pour ce qui est des personnes âgées entre 60 et 64 ans, seulement 22% de la population cible a reçu la 3ème dose. Ce qui est alarmant sachant que ces personnes sont les plus exposées aux formes graves de la Covid. Concernant les personnes ayant plus de 65 ans, seulement 27% ont reçu la 3ème dose. Par ailleurs, le Dr Afif tient à rappeler que durant la dernière vague, 83% des décès concernaient des personnes non vaccinées ou vaccinées avec une seule dose. Les 17% restants étant des personnes vaccinées avec les deux doses, avec plus de 5 mois après la 2ème dose et qui souffraient de maladies chroniques.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *