Visa Schengen : Le détail des nouvelles règles à partir du 2 février

Visa Schengen : Le détail des nouvelles règles à partir du 2 février

Tous les demandeurs de visa Schengen qui déposent une demande de visa à partir du premier dimanche de février 2020 seront soumis au nouveau code des visas Schengen.

Plusieurs modifications ont été apportées, à savoir des frais de visa plus élevés, la prolongation des périodes de dépôt des demandes, des formulaires de candidature électroniques dans la plupart des pays. Les autorités représentatives de chaque membre de l’espace Schengen doivent être présentes dans chaque pays tiers pour ce qui est de l’admission des visas après le 2 février.   

Les voyageurs fréquents ayant déjà reçu des visas peuvent bénéficier de visas valides plus longtemps. Le nouveau code introduit également un mécanisme qui examine si les frais de visa doivent changer ou rester les mêmes tous les trois ans. S’agissant des frais de visas, les demandeurs qui payaient auparavant 60 euros par visa devront désormais payer 80 euros, tandis que ceux qui devaient payer 35 euros par visa devront désormais payer 40 euros. Notons que les enfants de 0 à 6 ans restent exonérés des frais de visa. Afin de faciliter les procédures de demande de visa, le code des visas actualisé invite les États membres à autoriser, dans la mesure du possible, le remplissage et la transmission électroniques des formulaires de demande. Il les oblige également à autoriser les demandeurs de visa à signer le formulaire de demande par voie électronique, cette signature électronique devant ensuite être reconnue par l’État membre compétent.

Par ailleurs,  les nouvelles règles  prévues par le nouveau code des visas Schengen entraînent une prolongation des périodes de dépôt des demandes de trois à six mois avant un voyage. Par ailleurs, les voyageurs qui se rendent fréquemment dans l’espace Schengen, qui ont  des antécédents positifs en matière de visas, c’est-à-dire qui ont utilisé légalement leurs visas précédents, qui ont une bonne situation économique dans leur pays d’origine et qui ont l’intention réelle de quitter le territoire des États membres avant l’expiration de leur visa, pourront bénéficier d’un visa à entrées multiples valable cinq ans au maximum.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *