Accueil Société Zones pastorales : La science alliée de la durabilité des terres de parcours marocaines
SociétéUne

Zones pastorales : La science alliée de la durabilité des terres de parcours marocaines

R&D: La quintessence des recherches sur les terres de parcours marocaines fait l’objet d’un livre de l’Institut national de recherche agronomique (INRA).

 

La surveillance des terres de parcours peut orienter la réalisation des actions d’adaptation au changement climatique et de lutte contre la désertification. C’est en tout cas l’idée portée par un nouvel ouvrage récemment publié par l’Institut national de recherche agronomique (INRA) intitulé «Nouvelles approches de surveillance des terres de parcours au Maroc». Il en ressort que ces espaces contiennent une végétation très diversifiée caractérisée par une richesse floristique comptant plus de 4.000 espèces et sous-espèces.

«Les systèmes d’élevage autrefois extensifs et basés sur l’exploitation collective et sur la mobilité des troupeaux sont devenus, actuellement, plus intensifs avec une tendance manifeste à la sédentarisation et l’individualisation de l’utilisation des terres de parcours. Ces transformations dans les modes d’utilisation de l’espace pastoral ont accéléré le processus de fragmentation et de dégradation de ces écosystèmes», peut-on lire dans cette analyse. «Les terres de parcours marocaines constituent une composante essentielle dans la stabilité de l’équilibre économique et social des zones pastorales. En raison de leurs superficies et le potentiel fourrager qu’elles procurent, ces terres offrent des moyens de subsistance à des milliers de personnes et protègent le pays d’une désertification rapide.

En effet, les terres de parcours sont la ressource d’alimentation principale pour le bétail dans les zones pastorales», indique Faouzi Bekkaoui, directeur de l’INRA, en préface de ce livre. Et d’ajouter : «Toutefois, les terres de parcours marocaines connaissent des changements importants liés au changement climatique, aux actions anthropiques et à divers enjeux socio-économiques.
Les charges animales sur les terres de parcours tendent, en effet, à augmenter rapidement alors que les ressources pastorales se raréfient et la couverture végétale régresse continuellement. Cette situation a augmenté les menaces de désertification».

Un suivi spatio-temporel  

Réalisé par Hamid Mahyou, chercheur à l’INRA, ce livre de plus de 175 pages présente en 10 chapitres les différents résultats de recherche et de travaux menés sur les terres de parcours. Il comprend entre autres des axes sur l’usage de la géométrie pour le suivi des terres de parcours, les particularités de la télédétection dans le suivi des terres de parcours, le climat et les changements climatiques des écosystèmes pastoraux du Maroc, l’occupation des sols des écosystèmes pastoraux au Maroc (par exemple les plateaux de l’Oriental et la Vallée de Moulouya, la zone saharienne, la zone présaharienne, la zone de l’arganier, le Haut Atlas central et oriental, les plateaux et plaines du Nord Atlasique, le Moyen Atlas, la zone rifaine et ses bordures et la zone de Maamora-Zaers), la prédiction de la sécheresse basée sur les indices climatiques et les indices de végétation ou encore le système de veille des terres de parcours au Maroc comme la plateforme CGMS-Maroc et la plateforme Google Earth Engine. Les terres de parcours connaissent toutefois «une dégradation sévère due aux sécheresses successives, au surpâturage, au défrichement et à l’exploitation irrationnelle des espaces pastoraux natifs qu’elles abritent», relève l’auteur de ce document de recherche. Pour lui, cette situation favorise l’exode rural et l’appauvrissement des populations locales.

«Conscient des graves conséquences qui peuvent résulter de cette tendance, l’Institut national de la recherche agronomique, en collaboration avec plusieurs partenaires, a entrepris de nombreuses activités de recherche sur les zones pastorales du Maroc visant à freiner ce processus de dégradation et à préconiser des modes de gestion durables des ressources pastorales, avec comme objectif stratégique la conservation des ressources naturelles, l’augmentation du revenu des éleveurs et par conséquent la réduction des disparités territoriales», explique le chercheur.

 Un projet réalisable

La conception et la mise en place d’un système opérationnel de surveillance des terres de parcours est réalisable actuellement au Maroc. «Il peut servir de stratégie d’aménagement et de gestion des espaces pastoraux et constituerait une aide précieuse à la lutte contre la désertification. Aussi, le progrès technologique dans le domaine de la télédétection spatiale, avec le lancement de nouvelles générations de satellites et la gratuité des images satellitaires offertes par de nombreux programmes internationaux, a ouvert de nouvelles perspectives pour une surveillance intelligente de parcours», argumente l’expert. En revanche, cette surveillance nécessite diverses approches incluant plusieurs sources d’information comme la géométrie ou encore la climatologie. Les recherches mises en avant plaident pour l’utilisation d’outils modernes de surveillance, notamment les systèmes d’information géographiques, la télédétection spatiale et la modélisation. Cet ouvrage présente aussi les techniques les plus adaptées pour la surveillance des terres de parcours sur le terrain.

Articles similaires

Dévoilé à l’occasion de sa journée mondiale : Un ouvrage inédit sur les enjeux numériques pour la douane

Les cyberfraudeurs réagissent très rapidement aux évolutions des législations, des règlements et...

Agriculture durable : Les avancées du Maroc en matière de micro-irrigation présentées à Dakhla

Micro-irrigation  » Cette rencontre internationale, scientifique et technique constitue l’occasion pour de...

Adoption de lois, les parlementaires mettent le turbo

La session parlementaire d’automne sera bientôt clôturée Parlement.» C’est une course contre...

Démographie : Les derniers chiffres du HCP sur la population

Dans son annuaire statistique 2022, le HCP donne un aperçu des évolutions...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus

Jouer est une maladie