Maroc-Industrie : Groupe OCP, un acteur majeur de la région

Maroc-Industrie : Groupe OCP, un acteur majeur de la région

Le Groupe OCP assoit sa politique d’expansion industrielle dans la région de Doukkala-Abda. Après l’ambitieux projet de Jorf Phosphate Hub (JPH), aujourd’hui c’est Safi Phosphate Hub (SPH) qui verra le jour.

Et c’est Sa Majesté le Roi Mohammed VI qui a procédé, en avril dernier, au lancement des travaux de réalisation de ce nouveau site industriel intégré. A travers la mise en œuvre de ce nouveau complexe, le Groupe OCP entend dynamiser l’axe des phosphates qui englobe les mines de Benguerir et Youssoufia (Gantour) et les activités chimiques d’OCP dans la région de Safi.

Ce nouveau complexe sera situé face au nouveau port de Safi et permettra le développement de cet axe, à l’image de ce qui a été  entrepris par OCP pour l’axe des phosphates (Khouribga-Jorf Lasfar) avec la mise en place de Jorf Phosphate Hub. Safi Phosphate Hub est situé à mi-chemin entre les gisements phosphatiers de Gantour et de Meskala (gisement non exploité à ce jour dans la région d’Essaouira).

Safi Phosphate Hub comprend plusieurs infrastructures modernes en adoptant des technologies de pointe dans l’industrie des phosphates. Safi Phosphate Hub est situé au sud du complexe chimique actuel d’OCP. Il mobilise un investissement global de l’ordre de 30 milliards DH. Ce projet permettra la création de 1.000 emplois permanents et 6.000 durant la phase de construction. A travers ce nouveau site intégré, OCP vise à rendre plus flexible et plus moderne son actif industriel. Dans la région d’El-Jadida aussi, le groupe ne ménage aucun effort pour accroître ses capacités industrielles.

En effet, le complexe chimique de Jorf Lasfar accapare à lui seul 40 milliards DH, soit plus de 28,5% du montant global des investissements du Groupe prévu à l’horizon 2020. Ce complexe qui nécessite 9,3 millions jours/hommes de travail permettra de créer environ 2.000 emplois directs. Deux nouvelles lignes de granulation d’engrais d’une capacité annuelle de production de 850.000 tonnes chacune, sont construites dont une est opérationnelle depuis avril dernier. L’autre devra démarrer incessamment. Quatre usines intégrées de production d’engrais sont prévues aussi et deux d’entre elles sont d’ores et déjà en chantier.

Ces investissements colossaux répondent à un accroissement structurel de la demande mondiale en engrais phosphatés. Les infrastructures de stockage, de conditionnement et de manutention des matières premières et des produits finis sont également concernées par ce vaste programme de développement. Le complexe comprend également, une unité de dessalement d’eau de mer pouvant produire jusqu’à 75 millions de m3, pour un investissement de 1,8 milliard DH. Le site emploie actuellement environ 4.500 agents.
A OCP, on souligne que la direction maintient une politique active d’externalisation et de sous-traitance au profit des entreprises locales. Ainsi, on note la participation d’entreprises locales avec l’équivalent de 500.000 journées de travail par an et la réservation d’une part des marchés engagés dans le cadre de l’activité du groupe pour soutenir les  PMI/PME.

On précise aussi que 70% du personnel bénéficiaire sont issus de la région Doukkala-Abda. Dans le souci de la préservation de l’environnement, le groupe a initié une stratégie de préservation d’eau. Ainsi, 97% des besoins en eau du site de Jorf Lasfar sont sous forme d’eau de mer. Il y a également la piste de la production d’eau par dessalement avec un projet de réalisation d’une station de dessalement d’eau de mer par osmose inverse à Jorf Lasfar  d’une capacité de 220.000 m3/j à terme.

Il y a aussi l’optimisation de la consommation spécifique d’eau des différentes unités de production d’acide phosphorique et la libération de 25 mm3/an d’eau douce actuellement pompée en provenance du barrage Daourat, soit l’équivalent de la consommation annuelle en eau potable de 450.000 habitants. Avec toutes ces initiatives, OCP fournira 50% des besoins en eau potable de la région d’El Jadida à partir de 2020.

La stratégie industrielle économe en ressources hydriques et en énergie s’applique également au projet du pipeline sur l’axe Khouribga- Jorf Lasfar qui devra entrer en service avant la fin de l’année 2013. D’ailleurs, les essais à l’eau sont programmés pour le mois d’août prochain alors que les essais de pulpe sont prévus à partir du mois de septembre. D’un investissement global de l’ordre de 4,5 milliards DH, ce projet sera le plus grand système de convoyage au monde. Cette installation sera composée de 235 km de minéroducs et sera capable de transporter 38 millions de tonnes de roches par an, c’est-à-dire toute la production de Khouribga à partir de 2020.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *