970x250

A un an du Mondial 2022 : Le Qatar réussit son pari

A un an du Mondial 2022 : Le Qatar réussit son pari

La Coupe Arabe de la FIFA qui réunit 16 équipes du monde arabe pour une compétition internationale est sur le point de s’achever.

Le Qatar abrite cette compétition à un an tout juste de la Coupe du monde, qui aura lieu à l’émirat du Golfe. Ressuscitée, c’est la première fois depuis neuf ans que la Coupe Arabe des Nations a lieu, et les seize meilleures équipes arabes de football se disputent le titre de ce qui est l’équivalent d’un Euro des pays arabes. Au-delà de l’enthousiasme qui se crée instinctivement par ce genre de compétition, ce tournoi est un sérieux test pour le Qatar et lui servira de répétition générale grandeur nature à un an tout juste de la Coupe du monde qui aura lieu dans l’émirat. À un an du Mondial 2022, elle est déjà un franc succès sur tous les plans, y compris sur celui de l’engouement et de l’affluence du public, là où la réussite était le moins attendue. Des matchs à guichets fermés, qui l’eût cru ? Lorsque l’organisation de la Coupe du monde 2022 était attribuée au petit émirat du Golfe, en 2010, au détriment d’autres candidats comme les États-Unis, le Japon, la Corée du Sud ou encore l’Australie, les critiques n’avaient pas manqué.

Si personne n’a douté des capacités du petit État gazier à se doter des infrastructures nécessaires au vu de ses moyens financiers illimités, on avait en revanche mis en avant les conditions climatiques dans la région (très fortes chaleurs en été), le manque d’expérience du Qatar dans l’organisation de grandes manifestations sportives et le risque de voir des matchs de Coupe du monde se jouer devant des gradins clairsemés, voire vides, dans ce pays de seulement 2,5 millions d’habitants, dont 80 à 90% d’étrangers. La première objection, c’est la FIFA qui l’a levée en consentant de faire jouer le Mondial pour la première fois en automne (novembre décembre). Avant l’officialisation de ce décalage, la construction de stades climatisés fut envisagée. Pour le reste des appréhensions, le Qatar s’est chargé de les démentir une à une.

Les stades et autres infrastructures, d’une rare qualité, sont prêts avant l’heure. Reste les capacités d’organisation et l’engouement. À travers la Coupe Arabe des Nations, le pays tient l’occasion de faire taire les derniers sceptiques. La reconnaissance même de la compétition par la FIFA est une bonne preuve pour les détracteurs. À une année du rendez-vous mondial, la Coupe Arabe des Nations a rendu de grands services au Qatar en servant de «prova» pour une répétition grandeur nature.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.