Education par le sport : Tibu Maroc et Parents’ House s’allient pour les jeunes défavorisés

Education par le sport : Tibu Maroc et Parents’ House s’allient pour les jeunes défavorisés

Sous l’œil bienveillant de l’ambassadeur hongrois à Rabat

«Notre jeunesse a besoin de confiance en elle-même et en son pays pour qu’elle puisse libérer son potentiel. C’est ce que nous faisons via le basket-ball».

A l’arrivée, jeudi à l’ambassade hongroise à Rabat, Miklós Tromler donnait des conseils aux jeunes bénéficiaires du programme de l’association Tibu Maroc, destiné à l’éducation par le sport. Esprits sportif et d’équipe sont les mots-clés du diplomate, également ex-champion de water-polo, qui s’exprimait en prélude à la signature d’un partenariat entre la structure marocaine avec l’association hongroise, Parents’ House (Maison des parents). Il est question, à travers ce document, de donner, selon l’ambassadeur, « une chance de réussite aux enfants y compris ceux à besoins spécifiques ». Une démarche sociale qui, comme le précise M. Tromler, implique aussi les parents. Histoire d’associer les familles à cette action. Contrairement à la structure hongroise, qui s’occupe d’enfants sans famille, celle marocaine cible les jeunes pour qu’ils relaient, auprès de leur entourage, le concept de l’éducation par le sport.

18 centres Tibu Maroc en 4 ans et 3.000 bénéficiaires

Cette éducation aboutit, selon Mohamed Amine Zariat, président de Tibu Maroc, à «l’insertion professionnelle des jeunes par le sport». L’orateur, qui rappelle que cette signature est précédée d’une rencontre avec l’ambassadeur en juin dernier, énumère les réalisations de son association. En 4 ans, cette structure a développé 18 centres. 3.000 jeunes en ont bénéficié. Ceux-ci ont, selon M. Zariat, développé leurs notes scolaires de 88%. Le taux d’abandon étant de 0%. «Ce programme qui s’adresse aux quartiers populaires, a un impact», commente-t-il en rappelant que celui-ci allie aussi des enseignants et d’autres acteurs locaux.

«Pourquoi ne pas l’étaler sur le Maroc ?!», enchaîne-t-il. Pour cela, l’appel a été fait à Parents’ House, qui a sa propre démarche pour installer la confiance chez 400 jeunes et familles bénéficiaires en vertu du partenariat signé. «Notre jeunesse a besoin de confiance en elle-même et en son pays pour qu’elle puisse libérer son potentiel. C’est ce que nous faisons via le basket-ball», poursuit le président. Il s’exprime par l’occasion sur les programmes de Tibu qui ont démarré en 2010 et touchent, dans l’axe «empowerment», 150.000 jeunes chaque année sur le Maroc via des caravanes avec le ministère de l’éducation nationale en respectant un quota. Quant au programme «Intilaqa» d’insertion professionnelle de jeunes de 18 à 25 ans, il s’est fait par annonce en ligne. «Nous sommes partis dans les quartiers pour le promouvoir. Nous prenons sur entretien les jeunes passionnés pour le sport. Nous avons pris, sur 700 candidatures, 60 jeunes», explicite-t-il en rappelant qu’il y a des programmes même pour les enfants et femmes.
Outre cette signature, Tibu Maroc partira à Budapest (Hongrie) en janvier prochain pour partager son expérience.

La démarche innovante de Parents’ House

Quant à cette fondation hongroise, elle aide, selon sa présidente Judit Regős, «les enfants sans familles dans leurs premières étapes de la vie. Ce qui n’est pas facile». Elle dispense des cours de sport chaque jour et organise des événements sportifs. Parents’ House, qui dispose de 4 centres, vient également en aide aux parents. La démarche innovante de cette structure consiste en des programmes destinés aux familles pour un impact à long terme. D’où l’intérêt du partenariat signé pour échanger les bonnes pratiques avec des actions concrètes bien qu’il s’étale sur une année.
L’impact étant durable pour les deux parties. «Nous ne voulons pas juste signer un papier, mais agir pour les enfants. En Hongrie, nous avons des facilités de sport de par la multitude de stades, mais nous n’utilisons pas le sport pour l’éducation. Tel sera l’apport de Tibu», détaille-t-elle. Celui de Parents’ House sera évalué en avril prochain au Maroc, où des jeunes hongrois se rendront à leur tour. Aussi, des enfants de Tibu partiront en juillet en Hongrie pour acquérir une expérience internationale.
Cela étant, cette signature a été ponctuée par la présence de Driss Ouaouicha, ministre délégué chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique pour nouer, comme le précise
M. Zariat, un partenariat dans le futur.

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *