970x250

Laila Ouachi : Sahraouiya promeut les valeurs de paix et de solidarité

Laila Ouachi : Sahraouiya promeut les valeurs de paix et de solidarité

Au-delà du challenge sportif, Sahraouiya veille à promouvoir les valeurs universelles de paix et de solidarité depuis la ville de Dakhla, perle du sud marocain, selon Laila Ouachi, présidente de l’Association Lagon Dakhla et co-organisatrice de ce raid féminin.

«Pour cette année, nous avons choisi comme slogan, à la veille de la célébration de la journée du 8 mars, solidarité et paix dans le monde, des valeurs universelles que toute femme porte et défend au quotidien», a souligné Mme Ouachi, dans un entretien à la MAP, à l’occasion de la 8e édition (26 février-5 mars) de cette compétition multi-sports qui réunit 90 femmes de tous bords représentant une quarantaine d’associations. Elle a, a cet égard, souligné que l’expérience Sahraouiya est de nature à enrichir la vie de chaque participante, à la faveur d’un partage et d’un échange avec ses semblables issues des quatre coins du monde, notant que les raideuses représentent cette année le Maroc, avec des participations de Laâyoune et de Dakhla, mais aussi la France, l’Espagne, le Portugal, le Cameroun, le Mali, Madagascar, le Soudan du Sud, le Ghana, le Rwanda, Sainte-Lucie, le Sénégal, Israël, les Etats-Unis et la Colombie.

«Au-delà des frontières, Dakhla symbolise toutes ces valeurs humaines et universelles. Érigée en un Hub incontournable vers l’Afrique subsaharienne, Dakhla est en phase de devenir une ville cosmopolite. Elle représente aujourd’hui la ville de l’espoir et de l’espérance pour plusieurs qui ont choisi de s’y installer et d’y vivre de nouvelles aventures, contribuant ainsi à la création d’emplois et au développement que connaissent les provinces du Sud», a-t-elle relevé, notant qu’il s’agit d’un développement tous azimuts que Sahraouiya s’attache à accompagner, en faisant découvrir la riche culture et l’héritage matériel et immatériel inestimable de la région. «Étant à Dakhla, l’endroit le mieux rêvé, nous ne pouvions que nous inspirer des femmes de la région qui disposent d’un potentiel extraordinaire de par la richesse de leur culture, ouverture d’esprit et engagement associatif», a confié Mme Ouachi qui a jeté l’ancre dans ce petit bout de paradis depuis une quinzaine d’années pour y promouvoir la culture et le sport, en réponse à une question sur les raisons l’ayant amenée à baptiser ce raid Sahraouiya, devenu, selon elle, «une marque internationale».

Dans le même ordre d’idées, elle a affirmé que l’accompagnement des médias nationaux et étrangers et la forte médiatisation de cet évènement sur les réseaux sociaux par les associations, participantes ou influenceuses ont permis à Sahraouiya de gagner en notoriété, à même de devenir un moyen de promotion de la région du sud à l’échelle nationale et internationale, mais aussi mise en avant de cette belle image de la femme marocaine.

S’agissant des ambitions futures, elle a assuré œuvrer dans le cadre d’une diplomatie parallèle en faveur notamment de l’intégration des immigrés subsahariens, grâce au soutien de plusieurs partenaires, dont l’Agence marocaine de coopération internationale. «Et pourquoi ne pas nous déplacer en Afrique pour organiser un évènement solidaire de ce genre ? C’est une idée qui est en train de germer et de prendre forme», a-t-elle conclu.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.