970x250

Le Burkina Faso sort le Gabon aux tirs au but

Le Burkina Faso sort le Gabon aux tirs au but

Il a fallu une interminable série de tirs au but au Burkina Faso pour venir à bout du Gabon (1-1, 7 t. a. b. à 6) et se qualifier pour les quarts de finale de la CAN, dimanche à Limbé.

Ismahila Ouedraogo n’a pas tremblé sur la deuxième balle de match des «Etalons». Les Gabonais, épatants pour égaliser à dix contre onze dans le temps additionnel, ont manqué leurs deux derniers tirs au but, Yannis Ngakoutou envoyant le sien dans les nuages et Lloyd Palun sur l’équerre. Le Burkina se qualifie pour la quatrième fois pour les quarts de finale et affrontera la Tunisie lors du prochain tour.
«Nous n’allons pas être prétentieux mais tout ce qui nous arrive à cette CAN ce n’est que du bonus. Nous sommes une équipe en devenir et je pense qu’elle devrait se bonifier avec le temps. Je pense que cette victoire va nous mettre dans une situation de confiance. Nous allons continuer à jouer. Ce n’est qu’à ce prix que les garçons vont grandir. Vous allez peut-être découvrir tous nos talents dans le match à venir», a déclaré Kamou Malo, entraîneur du Burkina Faso. C’est dur pour l’excellent gardien gabonais Jean-Noël Omonome, remplaçant en première division sud-africaine, qui a commis une erreur mais a ensuite presque tout arrêté, et bloqué le tir au but de Fessal Tapsoba, sur la première balle de match. L’histoire du football semblait pourtant pencher dans le sens des Gabonais, revenus de loin dans ce match, et dans ce tournoi, très perturbé par le Covid-19 et le forfait de sa star, Pierre-Emerick Aubameyang. Faisant preuve d’une grande force mentale sur toute la compétition, les Gabonais ont égalisé par leur capitaine Bruno Ecuele-Manga. Son coup de tête rageur dans le temps additionnel a rebondi sur l’épaule d’Adama Guira (90e+1). Mais les nerfs ont lâché sur la fin.
Les Etalons pouvaient s’en vouloir d’avoir galvaudé quatre ou cinq balles de 2-0 sur des contres, en supériorité numérique, après l’exclusion de Sidney Obissa (63e). Déjà fautif sur le penalty, le défenseur central a été exclu pour un second carton jaune (63e) quand il a retenu par le bras Dango Ouattara.
Omonome, coupable sur le but de Bertrand Traoré (28e), où il sort trop lentement, s’est largement rattrapé en sortant tout, en effectuant une belle claquette sur un tir d’Adama Guira (84e) et un arrêt autoritaire sur Fessal Tapsoba (105e).
Mais le capitaine burkinabè a lui-même gâché des balles de match, frappant mollement face à Omonome (75e) ou multipliant les dribbles jusqu’à perdre le ballon (80e). La nonchalance de Traoré, qui a aussi tiré un penalty sur la transversale (18e), a contrasté avec l’énergie encore mise par Aaron Boupendza dans son match, comme depuis le début de la compétition.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.