Le MAS sort le Raja

Tous les adeptes de la grosse balle orange s’attendaient à une revanche facile du FUS face au TSC, étant donné que le Tihad a gagné la première manche à Casablanca. Ce qui s’est passé à Rabat était un petit événement. Très loin de l’équipe redoutable qui ne pardonne jamais dans son propre fief, le FUS l’était dès le début de la partie dirigée correctement par le duo arbitral Hanafi et Mabrouk.
Le FUS avec toute sa pléiade de grands joueurs tels que Kajjaj, Adil Baba, Mouak, Ben Ami, Saar, pour ne citer que ceux-là, a déployé ce jour-là un des plus mauvais matchs de la saison. La défaite en elle-même n’est pas le problème, mais le score en dit long surtout le troisième quart-temps où les coéquipiers de Takouri ont marqué six points uniquement. Même le coach El Houari ne sait pas quelle mouche a piqué ses joueurs.
La victoire lui aurait ouvert le chemin au match d’appui qualificatif à la finale du play-off. Dès le premier quart-temps, et devant des Tihadis très sûrs d’eux, le FUS se voit distancer par un écart de neuf points 15-24. Le deuxième quart-temps aucune réaction notable n’a été ressentie par les Fussistes, puisque les protégés du jeune coach Youssef M’Jaed ont creusé l’écart de nouveau pour le ramener à la mi-temps à 32-43. Après le retour des vestiaires, le coach El Houari a procédé à d’innombrables changements dans le but de retrouver l’équipe type, mais en vain. Pour sa part, le manager du TSC a opté pour le conservatisme surtout que son groupe a appliqué à la lettre les consignes qui lui ont été inculquées. À déplorer dans ce match un taux de réussite de 80% du duo Boukhriss et Bouzidi. Le TSC s’est ensuite envolé obtenant dix-huit points d’avance sur le FUS à la fin du troisième quart-temps 38-56. Le dernier quart-temps, les Fussistes sont tombés dans une torpeur, car le score était insurmontable. La rencontre se clôture par le score sans appel de 54-72 pour les visiteurs. Une victoire acquise par ces derniers avec autorité et grâce à beaucoup d’entrain, notamment lors du troisième et quatrième quart-temps parfaitement gérés, où les Tihadis récoltèrent les fruits de leur travail physique et intellectuel.
À propos du match Raja et MAS, la commission des statuts et règlement s’est réunie jeudi soir en présence du comité du Raja qui a présenté sa doléance. Cependant ladite commission a appliqué l’article 26 relatif à l’équipement technique qui stipule «toutes les dispositions devront être prises par le club organisateur pour que des incidents relatifs au dysfonctionnement des appareils soient évités». En cas de non observation, le club fautif sera déclaré battu par pénalité et non par forfait. Ce qui a permis au Raja d’évoluer au match retour à Fès.
Ce problème a donné lieu à un match retour passionnant et musclé dès le départ puisqu’il a connu plus d’une interruption de jeu pour plusieurs motifs dont l’influence des supporters Fassis sur les joueurs du Raja par des insultes et des jets de projectiles. Ce qui a contraint les visiteurs à regagner le centre du terrain en attendant l’intervention du service d’ordre et le second arrêt était dû au dysfonctionnement du chrono des vingt-quatre secondes après avoir été touché par la balle du match. Pour cette fois-ci, les quelques minutes restantes furent jouées sans ce fameux chrono après consentement de toutes les parties concernées en l’occurrence les coachs, les arbitres et le délégué du match, en application du règlement de la FRMBB . Ce match, très serré et houleux, s’est terminé en faveur des Jaune et Noir sur la marque de 72-64 (mi-temps 37-36). Cette victoire qualifie les protégés de Zahzouhi à la finale du play-off,et met out les hommes de Aziz Rafiqui qui ont perdu une saison stupidement en plus de 200.000,00 dhs de sponsoring à cause de la défaillance inopinée de ce fameux chrono des vingt-quatre secondes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *