Les Allemands sous pression

«La blessure aux chevilles est plus problématique que nous ne le pensions dimanche», a déclaré le sélectionneur Rudi Voeller, après l’entraînement à Seogwipo, camp de base des Allemands. Voeller, champion du monde en 1990, reste toutefois «optimiste» quant à la participation de Metzelder, 21 ans, face aux Américains.
Lundi, l’ambiance était nettement plus sérieuse que la veille, même si les joueurs n’ont pas effectué la totalité de la séance. Après les échauffements d’usage, les uns ont fait une partie de tennis-football alors que les autres jouaient un petit match cinq contre cinq sur un terrain réduit, avant une séance de tirs à distance. «À partir d’aujourd’hui (lundi) ou demain (mardi), la préparation sera plus sévère », avait annoncé Voeller lors d’une conférence de presse.
Dans l’après-midi, les Allemands ont suivi à la télévision la rencontre Mexique – Etats-Unis (2-0) pour avoir une idée sur la manière de jouer de leurs adversaires en quart de finale. «Nous savons qu’avec une meilleure prestation que contre le Paraguay, nous pouvons atteindre les demi-finales», a commenté Voeller qui sait que «les Etats-Unis se trouvent sur une vague d’un grand moral». Mais il a aussi admis que l’Allemagne était «placée dans le rôle de favori.»
Pour sa part, le gardien et capitaine Oliver Kahn a mis en garde contre les erreurs commises en 1994 et 1998, quand les Allemands avaient été éliminés au même stade de la compétition par la Bulgarie (2-1) et la Croatie (3-0). «Il faut diablement faire attention de ne pas se faire éliminer par un tel adversaire, difficile à jouer», a-t-il souligné. Voeller n’attache pas d’importance à la récente victoire des Allemands sur les Américains en match de préparation (4-2), alors que Kahn estime que cela pourrait représenter «un infime avantage psychologique». Par ailleurs, Rudi Voeller a répondu à la critique de la presse étrangère sur la piètre prestation allemande face au Paraguay. «Si elle vient de l’Angleterre, cela nous réjouit car, alors, nous savons que nous avons fait ce qu’il fallait faire», a-t-il déclaré sur le ton de la boutade.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *