Les entreprises néerlandaises dopées par l’exploit d’Hiddink

Selon une enquête réalisée mardi par le Korea Times, quotidien jumeau en langue anglaise du populaire Hankook Ilbo, Heineken a enregistré en Corée du Sud une hausse de 15% de ses ventes de bière depuis le début, le 31 mai, du mondial-2002, co-organisé par le pays avec le Japon. Les brasseurs locaux ont, eux, constaté une hausse de 30 à 40 pour cent de leurs ventes, mais Heineken est le seul étranger à avoir progressé, les autres perdant au contraire environ 10%.
La firme des Pays-Bas a vendu 576.000 bouteilles (33 cl) entre les 1er et 20 juin. «Certains bars nous ont informé que, désormais, certains clients coréens ne voulaient plus que de la Heineken», a affirmé Park Jin-Hyung, directeur du marketing de IMC Korea, l’importateur Heineken, cité par le Korea Times.
IMC Korea entend d’ailleurs capitaliser ce succès en lançant après le tournoi une grande campagne publicitaire. ING Life, une compagnie multinationale d’assurances dont le siège est aux Pays-Bas, a publié une annonce dans trois quotidiens sportifs coréens pour vanter son «assurance-vie non-conventionnelle à l’image de la stratégie non-conventionnelle de Guus Hiddink». Elle aussi a en préparation une campagne de marketing centrée sur le coach. Actuellement, 279 entreprises néerlandaises sont recensées en Corée du Sud parmi lesquelles, notamment, Philips, Royal Dutch Shell, ABN AMRO et Unilever.
Avec 10,6 milliards de dollars (euros), les Pays-Bas sont le troisième investisseur étranger dans le pays après les Etats-Unis et le Japon. La sélection sud-coréenne de football, qui figurait avant le début du mondial au 43e rang du classement de la fédération internationale (FIFA) et n’avait jamais gagné un seul match en phase finale de coupe du monde, disputait mardi la demi-finale du tournoi face à l’Allemagne.
Reconnu comme le grand maître de ce succès époustouflant, Guus Hiddink, 55 ans, a été couvert d’honneurs par les autorités et est désormais adulé par une population, la jeunesse surtout, qui a trouvé dans les exploits de son équipe matière à exprimer un nationalisme longtemps frustré.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *