L’Espagne l’a échappé belle

Victime de son jeu spectaculaire, l’Irlande a accusé le coup après son élimination des huitièmes de finale de la coupe du monde, dimanche à Suwon, après sa défaite face à la réaliste équipe de l’Espagne, à l’issue d’une éprouvante séance de tirs au but (2-3). « C’est très triste. Mais j’espère que c’est le début de quelque chose. Je suis épuisé et triste. Tout le monde a beaucoup donné. Rentrons à la maison.
On va voir ce qui va se passer.», a déclaré Steve Staunton capitaine de l’Irlande. Certes, les Espagnols ont fait l’essentiel en décrochant leur billet pour le prochain tour, mais c’était dans la douleur. «On a eu trois ou quatre occasions sifflées hors-jeu. Il n’y avait pas de faute sur le 2e penalty sifflé pour l’Eire. L’arbitre n’a pas aidé les Espagnols. L’Irlande nous a mis la pression. On aurait dû gagner le match avant les tirs au but. Je n’étais pas nerveux.
Mais sur un match comme ça, les émotions sont très fortes, c’est pour ça que je bougeais autant» a déclaré Jose Antonio Camatcho, entraîneur de l’équipe de l’Espagne. Premiers à avoir ouvert le score, les coéquipiers de Raul ont souffert le martyr face à des Irlandais dont la combativité a été récompensée à l’ultime minute du temps réglementaire (1-1). Faisant preuve de résistance, ces derniers n’ont rendu leurs armes qu’à l’épreuve des tirs aux buts (3-2). Dans les prolongations, les Espagnols ont failli rejoindre les favoris sortants si ce n’est le portier du Real Madrid, Casillas, auteur d’une belle prestation. En quart de finale, les protégés de Camatcho seront opposés à la Corée du Sud ou l’Italie. Deux adversaires que le coach espagnol redoute beaucoup. «Les Italiens ont montré qu’ils avaient de l’expérience. Les Coréens ont beaucoup de motivation et ils jouent chez eux.
Les deux équipes sont très dangereuses», tient à souligner ce dernier. Malgré son élimination, l’équipe de l’Irlande a été chaleureusement applaudit, notamment par son public. Et des cris ont salué la prestation de l’équipe de Maccarthy, qui a tenu tête jusqu’au bout à l’un des favoris du tournoi. Pendant près de trois heures, le pays a retenu son souffle.
Des milliers de supporteurs vêtus du maillot de leur équipe nationale y ont cru jusqu’à la dernière minute. Mais ont fini par voir partir en fumée leur rêve de se qualifier pour les quarts de finale.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *