970x250

Instructions Royales pour venir en aide au monde rural

Instructions Royales pour venir en aide au monde rural

Changement climatique et retard des pluies

Le Maroc a déployé des moyens considérables au cours de cette année pour venir en aide au monde rural. Dans ce sens, SM le Roi Mohammed VI avait reçu en février dernier, à la résidence royale à Bouznika, le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, et le ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Mohammed Sadiki. Cette audience s’inscrit dans le cadre de la Haute sollicitude royale dont SM le Roi entoure la population du monde rural et toutes les composantes du secteur agricole, notamment au moment où la saison agricole connaît un grand déficit pluviométrique.

La moyenne nationale des précipitations a atteint à ce jour 75 mm, enregistrant ainsi un déficit de 64% en comparaison avec une saison normale. Cette situation climatique et hydrique impacte négativement le déroulement de la campagne agricole, particulièrement les cultures d’automne et la disponibilité des pâturages. A cette occasion, le Souverain a souligné la nécessité pour le gouvernement de prendre toutes les mesures d’urgence nécessaires pour faire face à l’impact du déficit des pluies sur le secteur de l’agriculture, dans l’espoir que Dieu répande sa miséricorde sur notre pays et le comble de pluies bénéfiques.

En exécution des Hautes Orientations Royales proactives à ce sujet, le programme exceptionnel élaboré par le gouvernement vise à atténuer les effets du retard des précipitations, à alléger l’impact sur l’activité agricole et à fournir l’aide aux agriculteurs et aux éleveurs concernés. Sa Majesté le Roi a donné Ses Hautes Instructions pour que le Fonds Hassan II pour le développement économique et social contribue par un montant de 3 milliards de dirhams à ce programme, qui nécessitera une enveloppe financière globale estimée à 10 milliards de dirhams.
Ce programme s’articule autour de trois principaux axes :
n Le premier axe porte sur la protection du capital animal et végétal et la gestion de la rareté des eaux ;
n Le deuxième axe vise l’assurance agricole ;
n Le troisième axe a trait à l’allégement des charges financières des agriculteurs et des professionnels, le financement des opérations d’approvisionnement du marché national en blé et en fourrages, outre le financement des investissements innovants dans le domaine de l’irrigation».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.