970x250

Les Lionnes de l’Atlas réalisent l’essentiel face au Burkina faso

Les Lionnes de l’Atlas réalisent l’essentiel face au Burkina faso

Devant un public acquis à leur cause

La sélection marocaine féminine de football s’est imposée face à son homologue burkinabè sur le score de 1 but à 0, samedi soir au Complexe Sportif Prince Moulay Abdellah de Rabat, en match d’ouverture (groupe A) de la Coupe d’Afrique des nations féminine (Maroc-2022).
L’équipe nationale rencontrera l’Ouganda, mardi prochain, avant de défier le Sénégal trois jours plus tard.
Après 22 ans d’absence de la compétition, les Lionnes de l’Atlas tenteront de faire mieux que leurs deux précédentes participations, où leur parcours s’était arrêté au premier tour (1998, 2000).

Les Marocaines se sont régalées devant un public acquis à leur cause, constitué principalement de jeunes supporters venus nombreux assister à cette fête du ballon rond, conjuguée au féminin.
Malgré les assauts répétitifs, notamment en deuxième période par l’intermédiaire de Rosella Ayyane et Imane Saoud, les joueuses de Reynald Pedros n’ont pas réussi à faire bouger une deuxième fois les filets de la gardienne de but des Etalons Mariam Ouattara. Le Maroc décroche ainsi les trois points de la victoire et entame de la plus belle des manières la compétition qu’il accueille à domicile.
A l’issue de ce match, c’est Ghizlane Chebbak qui a été élue «Woman of the Match». Elle n’a pas manqué de remercier les supporters qui sont venus nombreux encourager la sélection marocaine et «espère qu’ils seront tout aussi présents lors des prochaines rencontres pour atteindre l’objectif qu’est la qualification à la Coupe du monde». De leur côté, les Burkinabés, très agressives, ont bien géré la pression des vingt premières minutes qui ont connu quelques assauts de l’équipe nationale, notamment par l’entremise de Rosella Ayane et Salma Amani.

Elles ont fini par craquer à la 29è minute sur un coup franc bien exécuté par la sociétaire de l’AS FAR, Ghizlane Chebbak.
Lors de la seconde période, les Marocaines n’ont pas réussi à inscrire un deuxième but pour assurer leur victoire, mais ont su gérer leur avance jusqu’au coup de sifflet final. Il s’agit de la première confrontation officielle entre les deux sélections féminines du Maroc et du Burkina Faso. Elles s’étaient affrontées en amical en octobre 2017 à Salé et la rencontre s’était soldée par un nul 1-1. Les Etalons dames du Burkina Faso participent à leur toute première compétition continentale après une campagne qualificative réussie. Elles ont éliminé le Bénin (victoires à l’aller 2-1 et au retour 3-1) et la Guinée-Bissau (victoires à l’aller 6-0 et au retour 1-0).

Le groupe B de ce rendez-vous qui se tient à Rabat (Complexe sportif Prince Moulay Abdellah et complexe sportif SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan) et à Casablanca (Complexe sportif Mohammed V), se compose du Cameroun, de la Zambie, de la Tunisie et du Togo, alors que la poule C comprend le Nigeria, l’Afrique du Sud, le Burundi et le Botswana. Le Nigeria, seule nation à avoir pris part à toutes les éditions, a soulevé le trophée à onze reprises, en 1991, 1995, 1998, 2000, 2002, 2004, 2006, 2010 et 2014 sous l’ancienne appellation Championnat d’Afrique de football féminin. Depuis 2014, les Super Falcons ont remporté les éditions de 2016 et 2018 de la Coupe d’Afrique des nations féminine. Pour la première fois dans l’histoire du tournoi, les quatre demi-finalistes empocheront directement leurs tickets pour la prochaine Coupe du monde en Australie et en Nouvelle-Zélande à l’été 2023. L’édition Maroc 2022 connaît également la participation, pour la première fois, de douze équipes au lieu de huit auparavant.
Enfin, la CAN féminine verra, pour la première fois dans l’histoire du tournoi, l’utilisation de l’assistance vidéo à l’arbitrage (VAR) pour l’ensemble des 28 matches.

Voici les déclarations des entraîneurs

Reyland Pedros Sélectionneur du Maroc

«C’était un match difficile. L’essentiel reste les trois points de la victoire. Démarrer la compétition avec un succès d’entrée ouvre des perspectives intéressantes. On savait que tous les matchs seraient difficiles. Le Maroc n’est pas le favori de la CAN. On travaille depuis un an pour préparer ce tournoi.
On aurait pu mieux faire face au Burkina Faso.
A la fin du match, on craignait de concéder un but. On a fait un match satisfaisant. Ces trois points vont nous aider à bien avancer et préparer nos deux prochains matches».

Pascal Sawadogo Entraîneur du Burkina Faso

«Nous avons joué un grand match. J’ai dit aux joueuses qu’on doit offrir du spectacle au public. Lors de la première mi-temps nous avons essayé de presser et créer des difficultés à l’équipe marocaine.
Lors de la seconde période, on s’est amélioré, mais nous ne sommes pas parvenus à marquer, à cause surtout de la précipitation.
On a eu pas mal d’occasions. Ça peut se corriger lors des prochains matchs si on maintient le cap. Nous allons aborder nos prochains matchs avec le même état d’esprit. Les joueuses ont acquis désormais une certaine expérience qu’elles vont faire valoir».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.