Maroc-Cameroun, en demi-finale à Douala : Un deuxième titre à portée de main pour les Lions de l’Atlas

Maroc-Cameroun, en demi-finale à Douala : Un deuxième titre à portée de main pour  les Lions de l’Atlas

Sur un nuage après la grande prestation qu’ils ont livrée en quart de finale du Championnat d’Afrique des nations (CHAN) des joueurs locaux, qui se tient au Cameroun, les Lions de l’Atlas aborderont l’avant-dernier acte de la compétition, mercredi face au pays hôte, avec en ligne de mire de conserver le titre africain décroché en 2018 à domicile.


Auréolés de leur victoire haut la main face à la Zambie, les hommes de Lhoucine Ammouta semblent avoir retrouvé leur rythme de croisière, d’autant plus qu’ils ont signé 8 buts lors de leurs deux derniers matches, respectivement face à l’Ouganda (5-2) et la Zambie (3-1).
La nette victoire face aux Chipolopolos a dissipé tous les doutes au sujet de la capacité des Lions de l’Atlas à défendre leur titre, dans la mesure où ils ont fait montre d’une progression fulgurante depuis le début du tournoi.
S’ils se sont montrés timides lors de leurs deux premiers matches, sanctionnés par une courte victoire face au Togo (1-0) et un nul blanc face au Rwanda, les coéquipiers d’Anas Zniti ont sorti la grande artillerie face à l’Ouganda, signe de la reprise de confiance au sein du groupe et de la rage de vaincre qui anime les nationaux.
D’ailleurs, selon plusieurs analystes sportifs, la victoire contre la Zambie est venue confirmer le statut du Maroc en tant que grand favori pour la victoire finale.
L’entraîneur serbe de la Zambie, Milutin Sredojevic, avait reconnu la force de la sélection marocaine, estimant que son équipe prenait part à ce trophée «pour apprendre».
Au stade omnisports de Limbé (70 km à l’ouest de Douala), l’avantage du terrain et du public (accès à 50% des spectateurs autorisé) joue certes en faveur des Lions Indomptables, mais les joueurs marocains disposent de tous les moyens pour arracher la victoire, notamment leur milieu de terrain créatif et entreprenant, emmené par le virevoltant Abdelilah El Hafidi.
Les Lions Indomptables, qui ont poinçonné, pour la première fois de leur histoire, leur ticket pour le carré d’as aux dépens du double vainqueur du trophée (2009 et 2016), la République démocratique du Congo (2-1), nourrissent de leur côté le rêve de l’emporter à domicile. «Le Maroc a un collectif. Techniquement, ils font bien circuler le ballon avec une bonne conservation et de bonnes individualités. Maintenant, il faut résoudre ce problème lorsque vous jouez contre une telle équipe», a soutenu le sélectionneur des Lions Indomptables, Martin Ndtoungou Mpilé, après la qualification du Maroc en demi-finales du tournoi.
«L’état d’esprit est bon, on va rentrer dans le match avec le même engagement qu’on a eu contre la RDC, la même détermination et on verra par la suite. Ce sera une bonne opposition face au Maroc», a-t-il promis.
Or, les Camerounais auront affaire à une équipe marocaine expérimentée et qui n’a d’autre objectif que de conserver son titre, coûte que coûte. Inutile de rappeler, à cet égard, que l’ossature de l’équipe nationale est composée de joueurs aguerris et habitués aux compétitions africaines (Ligue des Champions et Coupe de la CAF) et qui sont capables de créer d’énormes difficultés à la défense camerounaise.
S’agissant de l’état de santé des joueurs marocains, le médecin de l’équipe nationale, Abderrazzak Hifti, a assuré que «tous les joueurs sont en bonne forme, à l’exception d’Adam Nafati, victime d’une forte élongation contre la Zambie qui l’éloignera des terrains pendant au moins 15 jours».
Dans l’autre demi-finale, le Mali retrouvera la Guinée. Les Maliens sont venus à bout du Congo (0-0 temps réglementaire, 5-4 tirs au but), alors que les Guinéens ont validé leur ticket au détriment du Rwanda 1-0.

Les demi-finales seront une affaire d’entraîneurs du cru

Après l’élimination de la Zambie du technicien serbe Milutin Sredojević en quart de finale par le Maroc, la suite de cette compétition se présente comme une affaire d’entraîneurs du cru. L’équipe du Maroc, présente dans le dernier carré, est coachée par un sélectionneur local, de même que celles du Cameroun, du Mali et de la Guinée, également en lice pour une place en finale.
Une situation assez inhabituelle qui peut laisser espérer de beaux et fratricides duels, des matchs tout aussi disputés. Le Marocain Lhoucine Ammouta va devoir compter sur le talent de son équipe pour s’en sortir face au Cameroun dont le sélectionneur Martin Ndtoungou est réputé être un technicien expérimenté. L’équipe marocaine, après un démarrage poussif lors des deux premiers matchs, est montée en puissance avec une large victoire 5-2 contre l’Ouganda (3ème journée) et une démonstration de force 3-1 contre la Zambie en quart de finale. Mercredi, contre le Cameroun à domicile, le Maroc, champion en titre, aura en face une équipe qui mettra un point d’honneur à ne pas perdre sur ses terres.

Sans compter que l’équipe camerounaise peut se targuer d’avoir sorti un des favoris au titre, la RD Congo (2-1). La seconde demi-finale, 100% ouest-africaine, va mettre aux prises le Mali à la Guinée, vainqueurs respectifs du Congo et du Rwanda en quart de finale. Le Mali peut compter sur l’assise locale de son sélectionneur Nouhoum Diané, un technicien qui a managé les deux clubs phares de Bamako, le Stade Malien et le Djoliba AC.
Sauf que la Guinée également ne manque pas d’atouts sur son banc avec Lappé Bangoura, qui a coaché le Syli local et plusieurs autres clubs dans son pays.

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *