970x250

Projet minier de Kharrouba : Plus de 30 millions de dollars injectés

Projet minier de Kharrouba : Plus  de 30 millions de dollars injectés

Entretien avec Yahia Zinbi, directeur général et vice-président de la compagnie minière «Kharrouba Copper Mining»

Notre pays présente une grande sécurité d’investissement, à savoir la stabilité politique du Maroc. De même, le code minier marocain est très bien adapté aux entreprises qui veulent investir au Maroc sans oublier l’infrastructure en termes de routes, les télécommunications, les aéroports ainsi que les facilités des démarches administratives pour l’acquisition des autorisations.

ALM : Le Groupe Kharrouba a choisi ces dernières années de se diversifier au Maroc. Quelle évaluation faites-vous de votre présence au niveau national ?

Yahia Zinbi : Le Groupe minier Kharrouba, entreprise canadienne dont la maison mère est à Toronto, est présent dans plusieurs pays. Les investisseurs de ce groupe minier sont présents au Canada, en Australie et au Maroc. Ce groupe est présent depuis 2011 au Maroc et qui investit dans le secteur minier. Notre présence au niveau national est très bien classée et on compte parmi les 5 premiers au Maroc.

Qu’est-ce qui a encouragé le Groupe à renforcer sa présence au niveau national et quelle part le Maroc occupe-t-il dans le portefeuille du Groupe ?

Le Groupe a choisi d’investir au Maroc pour plusieurs raisons et après plusieurs due diligences effectuées par des experts internationaux en géologie, en économie et en mines et ont tous la même conclusion que notre pays présente une grande sécurité d’investissement, à savoir la stabilité politique du Maroc. De même, le code minier marocain est très bien adapté aux entreprises qui veulent investir au Maroc sans oublier l’infrastructure en termes de routes, les télécommunications, les aéroports ainsi que les facilités des démarches administratives pour l’acquisition des autorisations. Il faut rajouter aussi la présence de personnes très qualifiés en mines, géologie et traitement de minerais ainsi qu’en économie minière qui peuvent conduire des projets miniers sans faire appel à des étrangers. Le Maroc présente actuellement 30% dans le portefeuille du Groupe.

A combien s’élèvent les investissements du groupe au Maroc et comment se déclinent-ils ?

Actuellement, le groupe a investi plus de 30 millions de dollars américains dans le projet minier de Kharrouba, région d’El Kelaa des Sraghna. Ces investissements ont démarré par l’exploration minière dans la région, couronnés par la découverte d’un gisement de cuivre actuellement en production. Il y a aussi tous les investissements liés à l’infrastructure minière par l’ouverture de 5 puits en production et une usine de traitement de minerai d’une capacité actuellement de 400 tonnes par jour en tout-venant. Depuis 2017, le Groupe minier exporte le concentré de cuivre à l’étranger.

Tenant compte de votre expérience, quelles sont les opportunités offertes par le Maroc en termes d’exploration minière?

Le Maroc présente une grande diversité géologique et minière. En termes d’exploration minière, notre pays nous offre des domaines d’exploration de grandes surfaces, des zones potentielles à explorer et exploiter par la suite.

Quels sont les défis qui restent à relever dans le secteur ?

Ce qui reste à relever dans le secteur est la possibilité de libérer les concessions minières où l’exploration est en arrêt par des entreprises depuis des décennies, faciliter l’accès aux archives qui doivent être mises sur site web accessible à tout le monde et publier tous les permis miniers du Maroc sur Internet comme le font plusieurs pays très en avance dans ce secteur.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.