Voyager à la veille de l’Aid : La grogne des transporteurs

Les transporteurs continuent de subir les aléas de la Covid.

À Casablanca, le choc est loin d’être contenu. À la veille de l’Aid, la cadence des voyages est quasi-faible d’autant plus que l’emblématique gare de Ouled Ziane est toujours fermée.
Ce qui pousse les professionnels dans le désarroi et l’anarchie. Les intermédiaires improvisent, les prix flambent et les voyageurs cèdent.

Reportage Chafik arich

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *